Le heros tragique face au destin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (748 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le héros tragique a ceci de singulier qu’il est à la fois coupable et innocent. Coupable, aveuglé par ses passions – l’hybris, cette démesure d’orgueil qui le guide – il est alors confronté auDestin, bien souvent synonyme de divinité ou, du moins, de transcendance ( tout dépend de la tradition et de l’époque dans laquelle on place la pièce). Innocent, il est alors le jouet de cettetranscendance, de cette mystérieuse Fatalité ( Puissance occulte qui, selon certaines doctrines, déterminerait le cours des événements d'une façon irrévocable, définit le TLF). « Je me livre en aveugle au Destinqui m’entraîne », proclame Oreste dans l’Andromaque de Racine. Il est en ainsi que chaque héros tragique. Et c’est peut-être d’ailleurs ceci qui oppose principalement le drame à la tragédie : laprésence du Destin… Quelle puit être la forme du Destin ? Dans Macbeth, il est figuré par les trois sorcières. Dans Phèdre, Racine choisit de ne pas l’incarner. Néanmoins, Vénus et Neptune sont évoqués etinvoqués par les personnages : « Je t’implore aujourd’hui. Venge un malheureux père », supplie Thésée. Présent ou absent des planches, la Destin domine la pièce et le héros tragique. En effet, « la miseen scène du Destin » signifie à la fois la façon dont le dramaturge et le metteur en scène représentent la fatalité, mais aussi comment celle-ci met en scène les personnages. C’est cette doublearticulation qui rend une pièce tragique ; le Destin est le seul « personnage » à agir avant, pendant et après la représentation. Dans l’Œdipe-roi de Sophocle, il abat sa fureur avant l’arrivée du héroscar, déjà, la cité est ravagée par la peste. Ensuite, telle l’épée de Damoclès, il suit les pas du héros jusqu’à sa chute finale. Enfin, après que le rideau se baisse, il s’agite encore. Œdipe est l’undes rares héros tragique à ne pas mourir à la fin. Il choisit de se percer les yeux – puisque de toute évidence, il a toujours été incapable de voir la vérité – et de quitter la cité. Phèdre...
tracking img