Le horla

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1018 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire

Écrite au 19ème siècle ( époque du rationalisme ).Maupassant a oscillé dans son œuvre entre réalisme et fantastique. Le Horla appartient à cette seconde catégorie. Cette histoire est celle d'un homme aux prises avec un être invisible et dangereux qui menace son esprit.

Comment le registre fantastique est-il traité dans ce passage?

Le registre fantastique est très présentdans ce texte, tout d'abord par le thème de la peur. Ce thème est très bien illustré par le champ lexical de la peur : « affolés » ( l 21); « peur » ( l 24); « épouvante » ( l 23) et « frissonner » ( l 32).Celui-ci nous montre la panique et l'angoisse du personnage. La ponctuation accentue l' angoisse :
-Les exclamations: « Je l'ai vu! »;  « on y voit […] ma glace! »; « j'étais en face de moi! ».-Les interjections: « Eh alors! »; « Et bien ».
-Les points de suspensions: « Et alors!... »; « Et bien!... »
-Les points d'interrogations: « si près que je pourrais peut-être le toucher,le saisir? ».
Tout cela alimente le doute, la panique et le suspense dû au registre fantastique. La description de la chambre est un contexte propice au fantastique: « un vieux lit de chêne à colonnes » (l 9); « très haute armoire à glace » ( l 11).C'est un mobilier plutôt impressionnant qui favorise la peur. La focalisation interne favorise la peur dans la mesure où le narrateur-personnage est complètement paniqué. Le lecteur voit donc la scène à travers ses « yeux affolés » (l 21).Le parallélisme de construction illustre le thème de la peur: «  Je n'osais plus avancer, je n'osais plus faireun mouvement » ( l 21).Cela évoque la montée de l'angoisse. Les locutions adverbiales présentes dans le texte expriment la peur : « Puis voilà que tout à coup » ( l 24) ; « soudain » ( l 15). Cela favorise la panique et l'angoisse.

La rencontre avec le Horla vient également illustrer le registre fantastique. Nous avons un être indéfinissable décris par des expressions comme: « sentant bienpourtant qu'il était là » (l 22), ou encore « corps imperceptible » (l 23). L'adjectif imperceptible illustre le côté insaisissable. Nous remarquons aussi le champ lexical du ( Horla ): «  nappe d'eau » ( l 25); « brume » ( l 25); « transparence opaque »(l 29) ; « ce qui me cachait »(l 27,périphrase du Horla); « cette eau » (l 26); « C'était comme la fin d'une éclipse » (l 27, métaphore de l'eau etde la brume) .Celui-là illustre le côté indéfinissable du Horla. Nous trouvons dès le début de la nouvelle, des expressions montrant la hâte du personnage: « je savais bien qu'il viendrait » ( l 2); « comme si j'eusse pu dans cette clarté, le découvrir » ( l 7). Ces expressions favorisent le suspense. Nous observons des comparaisons: « C'était comme la fin d'une éclipse » ( l 27), « dans une brumecomme à travers une nappe d'eau » ( l 25), qui accentue le côté indéfinissable du Horla. Nous avons aussi le caractère indéfinie de la nomination avec l'emploi de pronom personnel: elle,il,l',le,lui,cela. Nous distinguons une gradation: « Elle était vide,claire,profonde,pleine de lumière! » (l 19), qui exprime la présence du Horla. Nous apercevons le champ lexical de la vue: « guettais » (l 6);« regarder » (l 12); « épiait » (l 14); « vis » (l 18); « voyais » (l 20); « regardais » (l 21); « imperceptible » ( l 23); « apercevoir » (l 24); « distinguer » (l 30); « regardant » (l 31) qui exprime le désir intense de voir le Horla.

Le combat vient finalement conclure le registre fantastique de cette nouvelle. Il est clairement exprimé surtout dans le premier paragraphe par les verbes deviolence: « tuerai » (l 1); « dévoré » (l 23); « l'étrangler, l'écraser, le mordre, le déchirer. » ( l 5, gradation hyperbolique). Ces verbes expliquent l'envie de tuer le Horla. Le champ lexical du corps: « mes mains, mes genoux, ma poitrine, mon front, mes dents » (l 4), nous montre que chaque partie du corps sert à l'attaque. Nous constatons le champ lexical du toucher: « toucher » (l 3);...
tracking img