Le horla

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (317 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Le passage avec la « très haute armoire à glace » est, selon moi, le moment capital qui pourrait résumer le récit.
Effectivement, pour la première fois, le personnage principal« apercoit » l’intrus, celui qui lui ronge la pensée, qui le hante ; le Horla. Si j’ai mis le verbe entre guillemets c’est parce que, comme tout au long du livre, on trouve une discordanceentre la réalité et la folie.
En effet, pages après pages, nous, lecteurs, doutons de la sanité mentale du personnage. Lui-même se remet en question maintes fois par des « suis-jefou ? », ou « je me demande si je suis fou ». Or d’une certaine façon, l’intrigue ne disparaît point.
Alors peut-on émettre l’hypothèse qu’au lieu d’être touché par une folie ressemblant àla schizophrénie, l’être invisible existerait vraiment ?
Moi même je le pense délirant, mais cette scène pourrait à mon avis, renforcer les doutes. Il dit « voir » le Horla alorsqu’en fait il s’agirait d’un corps solide et transparent à qui manque la propriété d’arrêter les rayons lumineux, donc inperceptible.

Lorsqu’une personne se met devant une glace, elleregarde son reflet, un reflet faussé par les dimensions. Mais elle se voit, le miroir réfléchit toujours. Il représente le thème du livre, qui est le double. Un enfant se retrouvant pourla première fois devant un miroir verra un autre enfant, tout comme l’animal, qui ne comprendra pas pourquoi sa réplique n’a pas d’odeur.
Il a une grande importance car le Horla estle double du personnage principal. Il est son second, celui qui comme lui par exemple, ne boit que du lait et de l’eau, et en même tant il est lui-même.
Lors de la « rencontre »,celui-ci dévore son réflet, or à mon avis, il ne dévore pas que son reflet mais son esprit entier. Il est obsédé par l’autre, si bien qu’à la fin il en vient même à se suicider.
tracking img