Le jeu de l'amour et du hasard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1167 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le jeu de l’amour et du hasard
De Marivaux
Acte 3 scène 6

Introduction :

Le jeu de l’amour et du hasard est une pièce de théâtre écrite en 1830 par Marivaux. C’est une comédie en prose qui se présente en 3 actes. L’histoire parle de Silvia, fille de Mr. Orgon qui attend un prétendant qu’elle ne connaît pas, Dorante, pour mieux le connaître décide d’échanger les rôles avec sa servanteLisette. Cependant Dorante fais la même chose avec son valet, Arlequin.
Dans cet extrait, Arlequin avoue son statut social et ainsi met fin au jeu suivi de l’aveu de Lisette chez les valets qui s’avouent leur situation et état respectif.
Mais comment Marivaux écrit il les révélations d’Arlequin et de quelle manière fait il pour les rendre théâtrales ?
Nous l’étudierons d’abord avec lesrévélations d’Arlequin puis le comique de la scène et enfin les effets théâtrales de la scène.

1ère Partie : Les révélations d’Arlequin

Dans cette scène, nous pouvons voir que Arlequin retire son « masque » et avoue à Lisette sa véritable identité.
Nous pouvons voir que cette scène est séparée en 2 parties, l’élément de séparation étant l’aveu que fait Arlequin à Lisette comme quoi il n’est pas celuiqu’il prétend être.
La première partie laisse place à un énorme quiproquo entre Arlequin et Lisette. Effectivement le spectateur est au courant du travestissement qu’il y a entre les 2 personnages Lisette ayant pris le rôle Silvia et Arlequin celui de Dorante tandis que nous sommes complice de cette farce les personnages sur scène ne sont pas au courant se qui entraîne un effet comique à lapièce.
Ce quiproquo s’arrête lorsque Arlequin fais son aveu à Lisette mais en laisse place à un nouveau car Arlequin pensant laisser tout mensonge de coté ne sait pas que Lisette est « travestit » et donc se met à nu il révèle qu’il est en fait un simple valet et que son maître est Dorante.
Dans cette scène Arlequin avoue son amour à Lisette, ceci donne un effet comique à la scène car nouspouvons voir l’attirance des rangs sociaux. Nous pouvons aussi dire que cette scène respecte bien les règles des trois unités de la double énonciation et de la bien séance.
Cette scène est aussi une scène comique.

2ème partie : Le comique de la scène

Pour rendre vivant le dialogue entre Lisette et Arlequin, Marivaux utilise 3 sortes de comiques : le comique de situation, le comique delangage et le comique de caractère.
Le comique de situation est très présent dans cette scène cependant nous pouvons le séparer en 2 partie, la première étant avant l’aveu d’Arlequin et la seconde après. Cette première partie montre l’embarras des 2 personnages présents sur scène : Lisette et Arlequin.
Arlequin, dans cette scène, se rabaisse « Ah que nenni, vous ne savez pas cette arithmétique-làaussi bien que moi », « le présent qu’in vous a fait ne le ruinera pas, il est bien mesquin » ou encore « je ne sais plus où me mettre » tandis que Lisette est embarrassée « je ne le trouve que trop magnifique ». Mais lorsqu’elle parle en aparté elle es méfiante « tant d’abaissement n’est pas naturel », elle doute d’Arlequin. Elle devient donc le personnage dominant, elle mène le jeu.
Elle commenceà interroger Arlequin, elle utilise des impératifs comme « tirez moi » ou encore « achevez ». Mais après l’aveu d’Arlequin il y a un renversement de situation.
Le comique de langage est aussi très présent dans cette scène. Effectivement nous pouvons trouver le comique de langage à travers le langage populaire d’Arlequin. Il utilise des exclamations populaires de l’époque comme « Ah que nenni ».Il a recours aux proverbes comme « et voilà où gît le lièvre » ou encore « vous m’ôtez ma couverture ». Le langage populaire se mélange alors à la parodie du « langage précieux ».Nous pouvons aussi trouver différentes figures de style comme des synecdoques « chère petite main rondelette et potelée »
Ou encore des métaphores comme « dépense, ruinera fausse monnaie… » qui se succedent sans...
tracking img