Le journalisme politique : contraintes et autonomie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2121 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Thème : Médias et démocratie
Le journalisme politique : quelles contraintes et autonomie ?
Introduction :
Les médias à spécialisation politique ont en effet joué différents rôles au sein de la société française, que ce soit lors de l’affaire Dreyfus en 1894 où la presse fût le déclencheur d’une longue polémique qui se traduisit par une réelle bataille journalistique, ou bien la radio,lors de son utilisation le 18 juin 1940 par le général De Gaulle, qui a permit l’organisation de la résistance française. Dans la démocratie, où le pouvoir appartient au peuple, le journaliste a le devoir d’informer ses concitoyens des directives politiques dans lequel s’engage son pays. Mais depuis peu, ce rôle a quelque peu évoluer, non pas parce que son objectif a changé mais par la déviationqu’à pris la transmission de l’information, et ce à cause des nombreuses contraintes qui pèsent sur le secteur journalistique, qu’elles soient d’ordre politique, économique ou social.
Le Journalisme Politique : une spécialisation à visées multiples La loi de la liberté de la presse du 29 juillet 1881 constitue un cap et permet aux journalistes de se composer en tant que profession, leslaissant libres acteurs de la vie publique et politique. A cette époque, de nombreux hommes politiques sont investis dans le monde de la presse (Jean Jaurès notamment).
Le journalisme politique est une spécialisation concernant le domaine d’action du journaliste. Ainsi, un journaliste politique traite exclusivement l’actualité politique : c’est son domaine de compétences.
Néanmoins,jusqu’aux débuts de la Vème République, un journaliste politique demeure un journaliste porteurs d’opinions politiques.
Aujourd’hui, les journalistes politiques sont « des experts ». Ils ont une connaissance accrue des entreprises politiques, plaçant leur travail entre le désir permanent de toujours aller plus loin avec l’intervenant politique et la crainte que le public le moins politisé ne saisissepas les enjeux de leur travail.
C’est pourquoi, le journaliste politique est compromis dans son action.
Le journalisme d’investigation traite de sujets nécessitant un recoupement long et complexe, pouvant être entravée par un tiers auquel la non-divulgation est bénéfique et où les faits récents sont sujet d’actualité. Par opposition au journalisme d’actualité, où le sujet d’analyse est unévénement récent, l’univers du « scoop », où la durée de vie d’une information varie en fonction de la médiatisation de l’événement par la concurrence. Dans le cas d’un événement d’une importance considérable, tel une guerre, le grand reporter a pour mission de mener une enquête en profondeur.
Le milieu journalistique est soumis à une charte déontologique, qui ne pourrait être comparé au sermentd’Hippocrate pour les médecins puisqu’il n’y a à la clé aucune sanction judiciaire, mais qui délimite les attentes professionnelles journalistiques. La commission paritaire qui délivre les cartes de presse, également connus sous le nom de CCIJP (Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnels), ne prend pas en compte le respect de cette charte et réclame des revenusjournalistiques résultant d’un traitement intellectuel de l’actualité supérieur à 50% par an. Le respect de la charte est donc d’ordre personnel et non obligatoire.
Elaboré par le SNJ, le syndicat national des journalistes, la charte des devoirs du journaliste rédigé en juillet 1918 à Paris puis révisée en janvier 1938 apporte une première ébauche de ce qui deviendra plus tard le rapport Charon (1998).On y retrouve en effet le caractère de qualité de l’information, la défense de l’information, le respect des personnes et de la liberté d’expression ainsi que le renforcement des valeurs démocratiques. Dans le cadre du sujet sur les contraintes et l’autonomie du journalisme politique, certains points de cette Charte sont à réitérer :
« ne touche pas d’argent dans un service public ou une...
tracking img