Le land art

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5324 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Anne BAILLY










Projet de mémoire - Master 1




Le Land Art en regard des sociétés primitives : de la fin des années soixante au début des années quatre-vingt,
entre retour aux sources et démarche ritualisée.







Université Marc Bloch

Octobre 2005










Sous la direction de Valérie DACOSTA

TABLE DES MATIERESINTRODUCTION A LA RECHERCHE ET PRESENTATION DU SUJET 3

Contexte social et culturel : les changements et les horizons de la scène artistique anglo-américaine des années soixante 3

Le Land Art : entre “ art écologique “ et “art total “ 4
Entre “ art écologique “ et “ art total “ 4
Un lieu et une attitude 5
Deux tendances : américaine et européenne 6L’éphémère et le durable 7

Land Art et “art primitif “ 8
Fondateurs et acteurs du Land Art 8
Civilisations ancestrales et sociétés “ dites primitives “ 10

DEFINITION DU SUJET ET ELABORATION DE LA PROBLEMATIQUE 13

Définitions et installations des thèmes principaux 13

Elaboration de la problématique 14

Aux sources d’un art naturel et proche del’homme 15

Autour de la notion de rite 16
Primitif et rituel 16
Le rituel contemporain 17
Le processus de création 17

La notion de symbole 18

ANALYSE ET OUVERTURE DU SUJET SUR LES PLANS ESTHETIQUE, SOCIOLOGIQUE ET ETHNOLOGIQUE 20

Art et tradition 20

Sens de l’art contemporain et de l’art primitif 20

Ritualité etmodernité 21

La place du spectateur 22




INTRODUCTION A LA RECHERCHE ET PRESENTATION DU SUJET


Contexte social et culturel : les changements et les horizons de la scène artistique anglo-américaine des années soixante


La multiplicité de formes qu’a pu revêtir l’art contemporain au cours de ces dernières années a établi clairement que l’art peut être partout, danstous les domaines, à toutes les échelles de l’espace et de la perception, que ce soit dans le domaine tridimensionnel du plasticien, celui de l’audiovisuel ou du conceptuel.

Nous considèrerons donc pour l’ensemble de cette étude le domaine sculptural/tridimensionnel de l’époque contemporaine.

Les années soixante voient se croiser plusieurs courants traduisant différentes mentalités dela société qui transparaissaient dans les travaux des artistes de l’époque. Le Pop art qui est alors sur les devants de la scène artistique américaine et anglaise (New York en fut le berceau) traduit l’importance de la société de consommation dans l’ensemble des disciplines artistiques. Avec la sacralisation de l’objet manufacturé, le quotidien se fait art et ce par le déploiement de moyensartistiques et technologiques de plus en plus modernes (sérigraphie, introduction du travail industriel ...), sur un arrière-plan de prospérité économique, car les Etats-Unis entraient au début des années soixante dans l’ère du capitalisme tardif caractérisé par une production et une consommation de masse, la télévision devenant un support de publicité généralisé pour la promotion de produits toujoursnouveaux. Les artistes réagirent de diverses manières à ces changements et le désir de renouveau se fait sentir. L’art se crée rarement dans l’espace immatériel de la théorie .A l’instar de tout art authentique, l’Art minimal était lui aussi un enfant de cette époque et reflétait consciemment ou non, comme le Pop Art, les changements profonds qui s’inscrivirent dans la réalité sociale desEtats-Unis puis de l’Angleterre durant les années soixante. Cette démarche engendra un art qui renonçait à produire des objets vendables et se présentait sous la forme totalement dématérialisée d’une pure pensée. Vers la fin des années soixante, le discours minimaliste sur l’objet avait perdu son potentiel critique et apparut à beaucoup de jeunes artistes comme rentré dans l’ordre établi. A travers...