Le liberalisme conduit il a plus de concurrence?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (409 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le libéralisme conduit-il à plus de concurrence

Introduction :

Le libéralisme est un courant de pensé qui existe depuis des siècles. Les économistes libéraux se sont toujours battus contreles Tayloristes concernant les sujets économiques et sociaux du pays.
Concernant la concurrence, cette notion de rivalité entre les entreprises ayant des produits similaires, les libéraux pensentqu’elle est inévitable et donne la dynamique du marché. Ils se reposent sur trois principes : la liberté d’entreprendre, la liberté économique et la régulation du marché.
Le libéralisme conduit-ilà plus de concurrence ? Oui c’est un fait, mais c’est également un paradoxe.
En effet, dans une première partie nous verrons que le libéralisme conduit effectivement à de la concurrence, mais dansune deuxième, que c’est un paradoxe, car trop de concurrence tue la concurrence.

Plan détaillé :

I. Oui, le libéralisme implique une augmentation de la concurrence :

A. Un marchélibre :

- Le marché est le lieu de rencontre entre l’Offre et la Demande. Tout le monde peut y accéder c’est un marché libre, concurrentiel.
- Le prix est un atout pour les entreprises maisaussi pour les ménages :
Les entreprises veulent vendre au meilleur prix et acheter au prix faible pour maximiser leurs profits et les ménages veulent maximiser leur satisfaction en achetant aumeilleur rapport qualité/prix. Sur ce marché, la rencontre de l’offre et de la Demande est libre, le marché est donc l’endroit où les agents économiques peuvent se rencontrer.

B. Laconcurrence : dynamisme du marché :

- Sur le marché, l’Offre et la Demande se rencontrent librement, la concurrence est donc fortement présente et c’est elle qui influence la dynamique du marché.
- Laprésence de concurrence est un gage d’efficacité économique.
- L’idéal est d’avoir un marché avec une concurrence pure et parfaite.

II. Mais, c’est un paradoxe : « trop de concurrence,...
tracking img