Le libertinage de dom juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1701 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le libertinage de Dom Juan

Molière, auteur de nombreuses pièces de théâtre au XVII° siècle, est classé parmi les représentants du classicisme. Après les critiques qu'a reçu Tartuffe juste un peu plus tôt, Dom Juan se joua pour la première fois en 1665 et devint elle aussi une pièce à scandale après dix jours de grand succès. En effet, cette pièce, qui reprend un sujet à la mode déjàillustré par l’espagnol Tirso de Molina, est une tragi-comédie qui raconte la vie dissolue d’un libertin. Dom Juan un personnage vivant celon ses désirs et ses envies, épouseur à toutes mains, fait de sa vie un vrai libertinage. Il est le personnage qui, au fil du temps et de ses réécritures incarne le mieux le libertinage dans son sens le plus large, c'est à dire dans ses idées ou ses moeurs. Le courantlibertin date du XVIIème siècle naissant en italie.
Le mot "libertin" est issu du latin "libertus" qualifiant un esclave affranchi. Mais il a deux significations. Au XVIIeme siecle il désignait la liberté de pensée affranchie de toute doctrine religieuse. Au XVIII ème siècle s'ajoute à ce sens une idée de transgression morale. On parle alors de libre penseur.
Les personnages libertins sont deplusieurs types :
- le jeune homme sans expérience qui entre dans le monde
- les libertins expérimentés qui élaborent leur stratégie : choix, séduction, chute, rupture.
- la jeune fille pure confrontée aux vices.
Mais ne nous référons pas à se que l'on a déjà vu car les héros libertins peuvent aussi bien être un homme qu'une femme.
Nous pouvons alors nous demander, qu'est-ce qui fait de DomJuan un libertin ?

1. Notion du religieux

Le libertinage, s’affranchit des conventions religieuses et conteste les idées traditionnelles. Il y a chez Dom Juan, la transgression du ciel. Il croit seulement que "deux et deux sont quatre". Il refuse à maintes reprises de se repentir, il garde une attitude de libre pensée à l'encontre de tous les codes sociaux de l'époque. Même à sa mort, ilrefuse de se renier, il reste défiant jusqu'au bout. Il meure en épicurien convaincu qu'il n'y a rien après (l’épicurisme défendait une conception atomiste du monde, tout ne serait composé que d’atomes et refusait une vision spiritualiste du monde). En fait, tout au long de la pièce de Molière, non seulement Dom Juan expose sa conception matérialiste du monde, mais il refuse le pouvoir de Dieu ets'estime même au-dessus de ses lois. En combattant orgueilleux, il voit en Dieu le seul adversaire à sa hauteur. Il y a aussi chez Dom Juan la tentation du Ciel. On peut penser que, dans la scène du pauvre, ou dans sa fausse rédemption, il essaye, il attend une réaction, et n'en recevant pas, il continue à le nier. Cependant, Dom Juan n'est peut-être pas athée : il a engagé un combat contre dieuparce que ce dernier représente une limite à sa liberté et sa volonté de puissance.

2. Le libertinage de pensée

Le libertinage de pensée est un courant de pensée caractérisé par la prépondérance du matérialisme selon lequel tout l’univers viendrait de la matière et non d’un quelconque créateur. Les libertins sont donc pour la plupart athées et considèrent que la raison est primordiale parrapport à la religion.
Les seuls principes qui justifient la conduite de Dom Juan sont des principes de nature et non pas de morale, c'est à dire que Dom Juan obéit uniquement à ses désirs, ses envies, et ses instincts. Le principe de plaisir est chez lui souverain, et le pousse alors à mépriser les lois de la morale qui le contredisent. Voici un homme qui refuse les règles qui s'imposent à lui dèsqu'elles le contraignent. Il agit contre la morale traditionnelle et apparait comme un immoraliste absolu, ou plutôt comme quelqu'un qui se joue habilement des règles de la morale.
Dom Juan est donc :
- un libertin subversif, comme le montre son apologie du libertinage ;
- un libertin précieux, par son langage galant et son goût de la beauté ;
- un libertin qui refuse d'autres lois que...
tracking img