Le libraire gerard bessette

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (859 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le début des années soixante marque une nouvelle ère au Québec, plusieurs changements d’envergure viennent bousculer les principales sphères de notre société qui était jusque-là, qualifiée uniquementde Canadienne-Française. Ce grand courant de changement à bien évidemment influencé la littérature québécoise. Le roman, Le Libraire, de Gérard Bessette, paru en 1960 témoigne bien du contextesociohistorique qui règne au Québec. Dans ce roman, l'insistance sur l'itinéraire du personnage principal, Hervé Jodoin, est tout à fait révélatrice de sa quête personnelle à s’affirmer indépendamment desautres. Nous examinerons tout d’abord le rapport qu’entretient Jodoin avec les autres individus. Nous verrons ensuite le rapport entre l’anti héros et les institutions.

Tout au long du roman LeLibraire, de Gérard Bessette nous suivons l’histoire du personnage principale qui n’est en quelque sorte en quête de rien. C'est-à-dire, qu’il cherche à en faire le moins possible en utilisant toutessortes de ruses pour en venir à ses fins. Il interagit avec le moins de gens possible et quand il le fait c’est uniquement dans le but de s’en débarrasser le plus facilement possible. « Si j’avais sous lamain des livres qui cognent, je leur passerais, simplement pour me débarrasser d’eux » p. 61. Pour Jodoin, la communication avec les autres, les échanges et la socialisation n’apportent rien à sonexistence. Il n’est heureux que dans sa routine, seul avec lui-même. « Sauf en cas de nécessité absolue, il ne m’est quasi jamais arrivé d’amorcer une conversation avec qui que ce soit depuis mon départdu collège Saint-Étienne » p. 49. Dans sa routine qui se limite dormir, travailler et aller Chez Trefflé, il entretient au minimum, voir au seuil de la nullité les relations interpersonnelles.« Maintenant, chaque fois que je revois le père Manseau, c'est-à-dire tous les jours sauf le dimanche, j’incline la tête en sa direction » p.47. À un certain moment dans le roman, on pourrait croire que...
tracking img