Le libraire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (780 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet de dissertation critique
A-t-on raison de penser que Saint-Denys Garneau et Émile Nelligan présentent, dans Cage d'oiseau et Les Corbeaux, une même vision de la fatalité ? Discutez.Effectivement nous pouvons dire que dans les deux poèmes étudiés, Garneau et Nelligan ont une même vision de la fatalité, c’est-à-dire qu’ils associent la fatalité à la mort. Nous pouvons constaté que dansCage d’oiseau, de monsieur Garneau, cette fatalité mène à la mort. Dans ce poème, l’auteur définie la mort par l’action de «mangé»: «Il ne pourra s’en aller ∕Qu’après avoir tout mangé∕ Mon cœur∕ Lasource du sang ∕Avec la vie dedans» (vers 19 à 23). Garneau ressent le besoin de parler de son cœur qui le mènera probablement à une mort précoce . Garneau parle aussi de la mort à travers l’oiseau :«L’oiseau dans ma cage d’os ∕La mort dans ma cage d’os.» (vers 4, 14). L’Oiseau vit à l’intérieur du poète. Il le dévore, le gruge et s’évadera que s’il prend la vie du poète : «Il aura mon âme au bec.»(vers 24). L’auteur devra se sacrifier, sacrifier son âme pour permettre à l’oiseau de vivre. Dans Les Corbeaux, d’Émile Nelligan, la vision de la fatalité amène aussi à la mort. Il parle de la mort enutilisant des expressions à caractère ténébreux : «des vols funèbres», «Lugubrement», «des tombeaux», «nos ténèbres». Avec ces expressions, nous nous retrouvons dans une ambiance plutôt sombre.Nelligan met aussi une métaphore qui fait valoir la fatalité : «Et flairant un régal de carcasses de zèbres∕ Or, cette proie échue à ces démons des nuits∕ N’était autre que ma Vie en loque, aux ennuis∕Vastes qui tournant sur elle ainsi toujours» (vers 6 et 8 à 11). La métaphore met une emphase sur les effets de la mort sur sa vie.

Garneau et Nelligan ont liés la fatalité à la mort mais cettefatalité ne provient, ne vient, pas de même place, endroit. Effectivement, dans Cage d’oiseau, la fatalité ne provient pas de n’importe où, elle provient de l’intérieure. L’auteur, Saint-Denys Garneau,...
tracking img