Le lien entre la croissance et l'emploi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 6 (1295 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 14 novembre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
3 juillet 2012
La croissance et l’emploi
Patrick MIGNARD

Pour les économistes le lien entre les deux est évident. Pour les non spécialistes, l’évidence vient de la répétition permanente de celui-ci par ceux là .
Un peu comme dans le cas des retraites, qui fait un lien, absurde, entre paiement des pensions et démographie, le matraquage politique fini par convaincre l’immense majoritéà accepter ce que disent les « spécialistes » et surtout à ne pas approfondir la question.
Alors justement, approfondissons !
LA CROISSANCE …
Rares sont celles et ceux qui la remettent en question. Les adversaires de la croissance, les « décroissants » sont considérés comme des personnages exotiques, peu crédibles… et pourtant !
Qu’est ce que la croissance ?
Il s’agit de la variation, sur un périodedonnée, l’année par exemple, de la production, pour un pays en général, de biens et services. Cette mesure se fait à partir du PIB (Produit Intérieur Brut), lui-même calculé à partir de la valeur ajoutée produite par les unités de production. Le taux de croissance étant l’expression en pourcentage de cet accroissement.
Autrement dit, et dit plus simplement, il s’agit de l’accroissement de larichesse, de l’accroissement des biens et services qui peuvent satisfaire les besoins. Plus le taux de croissance est important et plus de richesses ont été produites, par rapport à la période précédente.
La persistance de la croissance est donc, dans un système qui se réclame de l’expansion, de l’accroissement de la production et de la consommation, un facteur fondamental. « Tout pour lacroissance » tel est le mot d’ordre.
Pourtant, cette vision apparemment évidente et très simpliste, pose deux questions fondamentales :
- la croissance est-elle simplement liée à des capacités de production ?
- le bonheur, le bien être, sont-ils dans la croissance ?
A la 1er question, il faut répondre non car, si en principe il y a un lien entre capacité de production et production, dans le cadreconcurrentiel du capitalisme, l’existence des capacités de production est conditionnée par leur compétitivité au regard des concurrents. Par exemple, si la France a perdu une grande par de sa production industrielle, c’est parce que des concurrents ont pu produire dans de « meilleures conditions » économiques, plus rentables, et ont entraîné la désindustrialisation du pays. Le mythe de la croissancevolontariste , s’il a pu correspondre à une réalité, celle où l’on avait sous la main les capacités de production, n’existe plus aujourd’hui.
A la 2e question - difficile - on doit répondre également non. Il paraît qu’ « abondance de biens ne saurait nuire »,… encore faut-il mesurer dans quelle proportion…
A court terme et individuellement, ce ne sont pas les « mieux » lotis qui sont les plus heureux…ce qui n’est pas un hymne à la pauvreté et au dénouement, mais à la mesure et à l’expérience. Entre aussi en jeu la conception que l’on a de la vie. On peut être heureux avec peu et malheureux avec le superflu.
A long terme et socialement, l’abondance permanente et illimitée de bien et services est, à l’échelle sociale, planétaire, une catastrophe et une aberration écologique : déchets,pollution, destruction des ressources naturelles,…
On pourrait imaginer une proportion « raisonnable » entre croissance et augmentation de la population, donc des besoins,… mais nous savons bien que ce n’est absolument pas le cas. On produit pour produire et pour vendre avec des gaspillages colossaux et des inégalités flagrantes dans un système qui ne respecte par l’être humain en tant que tel.
Alorsfinalement pourquoi ce culte de la croissance ?
… ET L’EMPLOI.
Là est probablement la vraie raison de l’impératif de la croissance. Pas pour les profiteurs du système qui vivent - encore que le financier l’a emporté sur l’économie réelle - sur l’illusion de l’enrichissement par l’extension illimité des marchés. Pour les responsables politiques - de droite/extrême droite comme de gauche -...
tracking img