Le lion et le moucheron

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1129 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire Littéraire : Le Lion et le Moucheron – Jean de La Fontaine

Fable du latin « fabula » qui signifie « histoire inventée » est constitué d’un court récit allégorique puis d’une morale, servant à divertir et instruire. « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes » proclame Jean de La Fontaine qui s’avère être l’un des fabulistes les plus connu du XVIIème siècle, siècle duClassicisme. Jean de La Fontaine s’inspire des fabulistes grecs antiques pour rédiger ses fables. Ainsi il écrit Le Lion et le Moucheron en s’inspirant de la fable Le Cousin et le Lion d'Esope. Dans cette fable, Jean de La Fontaine nous dresse le portrait d’animaux humanisés et d’un pastiche de combat Epique. En quoi cette fable est-elle aussi un apologue? Afin de répondre à cette question, nous verronsdans un premier temps le portrait d’animaux humanisés, puis dans un second temps que cette fable est le récit d’un combat Epique puis dans un troisième temps, nous analyserons la présence d’une double morale.

Le Lion et le Moucheron, comme la plupart des fables de La Fontaine, met en scène des animaux présentés comme de véritables humains, avec des caractéristiques sociales et morales. Eneffet, le Lion comme le Moucheron sont caractérisés par des mots destinés habituellement aux êtres humains. Le Moucheron est qualifié de « chétif » (v1), et le lion, lui, est désigné comme « fou » au vers 14 et « malheureux » au vers 26. Ils agissent non pas, comme de simples animaux mais, sont décrits comme des animaux dotés d’une morale, d’un vocabulaire et d’actions humaines. En effet le champde la locution est employés « penses-tu », « parlait », « déclara », « ces mots », « rit », « résonner », « sonna », « annoncer ». Ils éprouvent également des sentiments puisque « la peur » (v6), « fou » (v14), « tremble » (v16), « rage » (v22), « rit » (v23), « malheureux » (v26), « fatigue » (v29) sont employés le long de la fable afin de décrire ce que ressentent le Lion et le Moucheron quisont alors humanisés. De plus on observe une hiérarchie sociale entre les personnages suivant leur gabarit d’animal. En effet le Lion semble être le Roi et donc être supérieur au moucheron puisqu’il abuse de son autorité en étant arrogant envers lui comme on peut le voir dès le premier vers « Va-t’en Chétif insecte, excrément de la terre ! ». Le Moucheron semble être une personne du peuple quidoit soumission au Roi, le Lion, cependant celui-ci ne veut pas être écrasé. Jean de La fontaine associe donc le physique d’animaux à la morale et à la hiérarchie des Hommes afin de faire une critique implicite du comportement des hommes dans la société de son temps.
La fable est constituée du corps et de l’âme comme l’explique Jean de La fontaine. Le corps étant le récit et l’âme, la morale. Lecorps de cette fable est le récit d’un combat épique opposant le Lion au Moucheron. En effet, dans cette fable, on observe une lutte violente et acharnée entre les deux animaux. Le Moucheron « déclare la guerre » au Lion afin d’affirmer son humanité au lieu de son animalité et son esclavage que le Lion lui attribue. On observe le champ lexical du combat tout au long du corps de la fable : «guerre » (v4), « puissant » (v7), « la charge » (v10), « écume » (v15), « rugit » (v16), « alarme universelle » (v17), « pique » (v20), « triomphe » (v23), « griffe » (v24), « sang » (v25), « combat », « gloire » (v30), « charge », « victoire » (v31), « embuscade » (v33). Ce récit du combat est une forme de combat épique qui nous rappelle le combat de David et Goliath. En effet, tout comme dans cettehistoire, celui qui remporte la victoire n’est pas celui qu’on pensait capable de la saisir. Le moucheron décrit comme « chétif » par le Lion est finalement le grand vainqueur de ce combat acharné. Lors de ce combat, les rôles des personnages semblent inversés. En effet, le Moucheron est alors en grande supériorité face au Lion qui se fait attaqué puis tué. Avec la répétition de « tantôt » au...
tracking img