Le mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1547 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A l’occasion de cette fréquentation avec la pensée de Jankélévitch qu’avons nous appris sur la vérité ?

Tout d’abord, nous savons qu’à propos de l’idée générale de la philosophie, Vladimir Jankélévitch, suit l’esprit de la philosophie socratique par ses interrogations. Il incite à la connaissance de soi, mais afin de la dépasser, et non pour limiter l’homme au raisonnable.

Il nous faitdécouvrir que l’essentiel n’est pas dans la possession, mais dans l‘expression. Il interroge la raison, afin de savoir ce qui peut lui donner sa vérité et son caractère expressif. Pour Socrate un au-delà de la raison est impropre au raisonnement et donc inutile1, avec Jankélévitch l’impensable demeure inconnaissable, mais est reconnu comme quelque chose qui existe. L’absence d’explication d’une tellechose sans valeur, car au dessus de toute valeur est elle-même une donnée suffisante pour nous faire comprendre son esprit supérieur.

La pensée de la vérité est subsumée à une idée plus générale, et reconnue par Jankélévitch, comme ce qui donne, à la vérité, sa vérité. Cette raison au-delà de toute raison c’est l’amour. Avec cette mise au premier plan de l’amour, la vérité perd son caractèrede commandement coercitif qu’il faudrait appliquer à la lettre. Car le statut de l’amour interdit une exigibilité d’apparat. Bien que le seul commandement soit d’aimer, l’amour ne peut faire partie des tables de la loi. L’amour provient du plus profond d’un homme afin de lui faire aimer son prochain. Il s’ensuit que commander d’aimer n’est qu’une métaphore, pour faire comprendre à quel pointl’amour est nécessaire et suffisant, pour transformer le mal en bien et, l’erreur en vérité. Ce commandement s’inscrit dans le coeur de chacun et, non, sur des tablettes ou un agenda, de peur d’être oublié.

Cette raison, découverte par Jankélévitch, en tant qu’elle dépasse toutes les autres en pouvoir de création, implique qu’elle demeure au-delà aussi de toute limite. Ce devoir d’aimer son prochainest devoir sans raison. Et il est exigence d’aimer jusqu’à en mourir. La raison est raisonnable par ses limites, cette absence de raison rend l’amour tout puissant et illimité.

La beauté de la philosophie de Jankélévitch est de faire une confiance totale à l’amour. Il est de ce fait la clef de voûte de tout l’agir humain. Il transfigure tout ce qu’il touche, et même s’il ne fait que l’effleurer,cette très subtilissime approche donne plus de vérité à celui qui sait la recevoir, que n’importe quelle autre raison raisonnable. Ici, le schéma est inversé ce sont les raisons raisonnables qui sont stupides et, qui portent en elle aucun germe de vérité. La philosophie de Jankélévitch est dans cette mesure, aussi, fécondante. Elle fécond la vérité puisque celui qui aime, donne la vérité auxvérités.

Possédant l’amour nous le transmettons à tous ceux que nous approchons "avec un coeur de vingt ans et une innocence de huit heures de matin"2. Car l’amour ici ne nous aveugle pas. Il nous a rendu assez clairvoyant pour ne pas nous satisfaire de nos propres possessions. Il nous rend assez perspicace pour savoir que ce qui nous reste, ce que nous détenons, c’est paradoxalement ce que nousdonnons. L’amour nous rend assez clairvoyant pour nous faire sentir que posséder, c’est mourir à petit feu sur des fauteuils de velours. C’est donc lorsque nous nous donnons tout entier, que nous nous possédons le plus.

Tout cela ne signifierait rien si Jankélévitch n’en avait été le vibrant porte parole, comme Socrate. Lui, dont on pouvait dire qu’il était toujours sur la brèche, lui dont onpouvait dire qu’il était un militant. Ce terme même de militant que l’on n’ose plus porter, lui le portait haut et fort. Comme Socrate il nous a laissé une voie...la sienne. Non pour qu’il faille l’imiter grammatiquement. Mais certainement, pour qu’on en poursuive l’esprit. C’est-à-dire pour qu’on en suive l’amour; l’amour et ses paradoxes. Et sa logique au-delà de toute logique. L’amour qui...
tracking img