Le malade imaginair scne12

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (470 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte :

Sujet : vous commenterez la scène 12 du malade imaginaire en prenant appuie sur le parcours suivant:
A/ vous analyserez comment Toinette mène l'action
B/ vous étudierezcomment les répliques et les jeux de scène révèlent les personnages.

Nous allons étudier La scène XII de l’acte III du malade imaginaire de Molière. Molière est un dramaturge et auteur du XVIIsiècle qui est l’auteur de nombreuses pièces de théâtre dont Les femmes savantes, l’avare, Tartuffe, les fourberies de Scapin et bien d’autres. Dans cette scène, Argan, en proie au doute, sous les conseilsde Toinette, fait le mort. Toinette se lamente, quand arrive Béline son épouse. Cette dernière, à la nouvelle de la mort de son époux, ne cache pas sa satisfaction et propose à Toinette un marché :elles vont s'emparer de ses biens et les partager. Argan se relève. Béline, dévoilée, s'enfuit. Ils décident alors de jouer la même comédie pour connaitre les sentiments de sa fille qui approche. C’esten jouant la comédie de la mort, que, une fois encore, la vérité sera dévoilée. Afin d’étudier se texte, nous allons d’abord nous demander en quoi Toinette mène t-elle l’action ; puis nous verrons enquoi les répliques et le jeu de scène révèlent les personnages.

Tous au long de la scène on remarque comment Toinette dirige et comment elle suggère ces idée jouant finalement le rôle d’unmetteur en scène.

Toinette avais fais cacher Béralde le frère d’Argan afin qu’il puisse observer la scène sans être dévoilé. On remarque également la manière dont elle dirige l’action, surtout àpartir du vers 71 jusqu’a la fin de la scène, où elle replace tout les acteurs : « Remettez-vous comme vous étiez »
Elle n’est pas seulement metteur en scène elle devient ensuite actrice ; onremarque à quelle point ces répliques son pathétiques : « Le défunt n’est pas mort ! » (vers 69) ; « Je pensais, madame, qu’il fallût pleurer » (vers 48) ; « Voilà une belle oraison funèbre ! » (vers 56)....
tracking img