Le malcontentement de la noblesse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3785 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
Depuis la seconde moitié du 16ème siècle, le problème de l’identité nobiliaire s’est pratiquement toujours posé. D’ailleurs à cette époque la multiplication des traités de noblesse témoigne de la crise de conscience vécue par les élites de ce temps.
Le document étudié est un extrait des Discours politiques et militaires de François de la Noue, gentilhomme huguenot né en 1531 etmort en 1591. Son œuvre dresse un tableau de la situation politique en France, de l’art et de la stratégie militaire, ainsi qu’une étude sur le rôle et la place de la noblesse dans le royaume.
François de la Noue est un gentilhomme huguenot, c'est-à-dire un noble protestant. Il est né en Bretagne en 1531. Tout comme son père qui fut gentilhomme de François 1er, il devient page d’Henri II. Il entameensuite une carrière militaire qu’il l’amène à participer aux dernières Guerres d'Italie, où il se distingue par son habilité et son courage. Dès 1558, il se converti à la Réforme protestante, et c’est suite à cette conversion qu’il s’implique personnellement dans les guerres de religion. En 1580, il est fait prisonnier par les Espagnols qui le gardent cinq ans prisonnier au château de Limbourg.C’est au cours de cette période qu’il se consacre à la rédaction des Discours politiques et militaires.
Dans cet extrait, François de la Noue, dresse un portrait condensé de la noblesse de son époque et tente d’expliquer quelles sont les raisons de sa décadence.
Nous parlerons, dans un premier temps de la noblesse de race et de son prestige. Puis dans un second temps des guerres qui firentrage au 16ème siècle, et de leurs impacts sur la noblesse. Enfin, nous nous intéresseront à la monté en puissance d’une nouvelle catégorie de nobles.
I. La noblesse et son prestige

A-Les gentilshommes : couche supérieure de la noblesse
« Les gentilshommes français sont déchus de cette ancienne richesse dont leurs maisons restaient ornées, sous les règnes de nos bon rois Louis douzième etFrançois premier » (ligne 1 à 3). Les gentilshommes sont en principe des nobles de race, au moins au sens étroit, ceux qui n’ont pas encore la race n’étant que nobles. Il est commun au 16ème siècle, de dire que le Roi peut faire un noble, mais pas un gentilhomme. En effet, seul l’alchimie du temps et de l’hérédité font un gentilhomme. Un gentilhomme plaçait son honneur dans le fait qu’il n’avait jamaisété anobli. Son rang le situait grâce à sa naissance et à son ascendance glorifiée par des siècles de combats, contrairement aux roturiers ou courtisans qui besognaient à la recherche d’une éventuelle considération sociale. La noblesse est attachée à son patrimoine familial, et au souvenir d’ancêtres illustres. C’est l’ancienneté d’une famille qui fait son prestige, et donc sa qualité. Claudede Seyssel, théoricien français de la société du 16ème siècle, écrit que les nobles « sont de meilleure étoffe et fondés non pas sur leurs mérites et services, tant seulement, mais encore sur ceux de leurs ancêtres ». Cela illustre bien le clivage qu’il y a entre la noblesse et les roturiers, qui tentent de l’usurper. Cette idée est exprimée par François de la Noue, qui écrit que « si tous ceux quiportent ce titre étaient mis en dix parts et qu’on fit une curieuse recherche, on trouverait que les huit sont incommodés par les aliénations de quelque portion de leurs bien » (l.7, 8,9). Il fait référence ici, aux roturiers qui achètent des lettres de noblesse, acte par lequel le Roi fait d’un roturier un noble, et par ce biais entrent dans cet ordre. Cependant, il faut noter des différencesdans la notion de gentilshommes, ou l’on pouvait distinguer les militaires et les campagnards, c’est à dire ceux qui vivaient noblement à la campagne ou dans leurs manoirs, ou leurs maisons fortes. Mais, les gentilshommes se distinguaient essentiellement par des qualités propres à leur rang.

B- Qualités et vertus du gentilhomme
Le but premier de la noblesse est de savoir se battre, et de...
tracking img