Le maniérisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2763 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le maniérisme

VII- Période Critique :

Le maniérisme débute autour de 1520 et continue jusqu’à la fin du XVI°s.

- ZUCCARI : architecte (1543/1609 ?)
- PALLADIO : architecte (1518/1580)
- CELLINI : sculpteur orfèvre (1500/1571)
- Jean de Bologne : sculpteur (1529/1608)
- Le PARMESAN : peintre (1503/1540)
- Le TINTORET : peintre (1518/1594)
- Le GRECO : peintre (1545/1614)

*Autour de 1520, on considère que la peinture a atteint son apogée, au niveau de la perfection et de la technique en Italie, grâce à Michel Ange, Léonard de Vinci, Titien, ou encore Raphaël. Il n’y a plus de problème au niveau du dessin, de la règle d’or, de la composition….
Comment faire mieux ? Que faire de nouveau ?
Certain artistes vont s’inspirer de ces grands artistes : les maniéristes. Lesmaniéristes sont des copieurs de manière. Le terme maniériste a été désigné à la fin du XVIII°s. Ils vont essayer d’aller plus loin que les maîtres. Alors comment aller plus loin que la perfection ?

*

Zuccari est assez exubérant. Il fit une fenêtre en forme de visage.

Palladio « la villa retonda », il a une inspiration ionique en recréant chaque face de la villa de manière identique. C’estune conception originale, et personnelle.

Cellini « salière d’or et d’email sur un support d’ébène », c’est un artiste représentatif de son époque. C’est un objet d’art. Il était assez orgueilleux, fier. Il voulait être le meilleur. Il n’aimait pas la concurrence.
Cette salière a été ciselée pour François 1er. Elle visible à Vienne. Il y a un partie prit de l’artiste qui est la mythologie : laterre et la mer son représenté par les deux personnages, avec l’entrelacement des jambes nous pouvons voir que les deux éléments se mélangent de manière à exprimer le sel.

Jean de Bologne réalise « Mercure ». On peut y voir l’inspiration de Michel Ange. J. de Bologne est un personnage atypique. Mercure est une sculpture en bronze. Nous sommes dans le mythe. Il y a une impression demouvements, et d’expressivités. C’est une personnalisation. C’est une performance.
Le socle est surprenant. On a une impression de légèreté. Il représente le messager des Dieux. C’est une culture ascensionnelle qui nous montre un mouvement. Il y a une suggestion d’un corps volant. Il va rompre les règles. Le statut contrarié affranchissant les lois de l’apesanteur. Il y a une contradiction avec lasculpture traditionnelle (lourd, statique, …). Le fait que la statut soit rattaché au socle seulement par le pied uniquement est innovateur. Le socle représente une tête qui souffle (masque). Car pour qu’il soit le messager des Dieux, il faut que Hède souffle.
Sa posture est impossible. Le corps est léger, le doigt tiré vers le haut (les cieux). Il y a un grand équilibre malgré la non tradition. Ilmodifie et propose de changer les règles. L’aspect conventionnel est remit en cause.

Le Parmesan réalise « La madone au long cou ». Il y a une déformation. Le Parmesan est un artiste qui va se démarquer. Il fait partie de la maniera moderna. Il est très moderne. IL y a une référence au Corrège. Il y a un très bon atmosphère et beaucoup de luminosité. Mais c’est un tableau inachevé.
Lamadone au long cou, appelée aussi la vierge au long cou, nous montre une déformation du cou de la vierge. Symboliquement, lorsqu’il y a une déformation du cou, de manière très étirée, cela signifie la colonne et à la vierge. C’est un rapport à la colonne, de manière ascensionnel, et spirituel. La déformation du corps (allongement, étirement, …) est intentionnelle, ce qui va donner une grandeexpressivité.
Il n’y a pas beaucoup de raffinement dans la morphologie, éloigné de l’idéale de beauté, comme celle qu’il peut y avoir à florence et à Venise. Tout semble tassé vers la gauche, même si la vierge est centrée. La composition est différente. L’aspect conventionnel est remis en cause. Il n’y a aucune symétrie. Les anges sont les enfants sur la gauche. Il apporte dans son tableau quelque...