Le mariage de figaro acte v scene 3

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1345 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
*
Recherche
Chercher une analyse de texte :
*
Rubriques
Aidez-moi !
Forum
Avertissement
Liens
*
Oral du bac de français
Méthode
Révisions
Déroulement de l'oral
Matériel à apporter
Texte officiel
*
Autres rubriquesLes TPE
Ecrit du bac de français
Maths première
Biologie première
*
Pour aller plus loin
Biographies
Figures de style
Histoire littéraire
Mouvements littéraire
Vocabulaire première
Discours rapporté
La poésie
Le roman
L'apologueLes registres
L'argumentation
La narration

Introduction

Beaumarchais est un célèbre dramaturge français auteur du Mariage de Figaro, second volet d'une trilogie. Ecrite en 1778, elle est censurée et ne peut être jouée qu'en 1784. L'auteur nous livre ici le plus long monologue de toute l'histoire du théâtre français. Sur le conseil de sa mère,Figaro se rend au jardin où ont lieu les rendez-vous, pensant que Suzanne l'a trahi. Au travers de ce long monologue, Figaro philosophe. En étudiant sa composition, on mettra valeur le réquisitoire social ainsi que le rôle de la scène dans l'évolution du personnage de Figaro.

Lecture

Annonce du plan

Etude :

1. La composition

1. Deux composantes

Le monologue se présente comme un récitentrecoupé par des passages de discours qui interrompent la narration :
-> " Je lui dirais… " -> présence d'un verbe introducteur
-> " on se débat ; c'est vous, c'est lui, c'est moi, c'est toi… " -> c'est une mise en scène interne de la scène.
-> " Suzon, Suzon " -> apostrophe à Suzanne

Dans les passages restant, c'est-à-dire narratif, Figaro raconte sa vie, c'est une évocationautobiographique.
Trois temps dominent :
-> l'imparfait -> généralité passée
" le désespoir m'allait saisir "
-> le passé simple -> faits ponctuels dans le passé " il fallut bien périr encore "
-> le présent -> événement imprévu
-> mise en relief d'événements importants
-> rupture totale avec le passé
" on me met un jour dans la rue ", " je reprends ma trousse et mon cuir anglais "

2. Mise en scèneet cette alternance récit - discours

Les passages de discours sont couplés avec la position levée :
" (Il se lève) Que je voudrais bien tenir un de ses puissants de quatre jours… "
" (Il se lève en s'échauffant) On se débat ; c'est vous, c'est lui, c'est moi… "
-> Cette gestuelle permet de combattre la monotonie d'un monologue et d'intéresser le spectateur.
Le spectateur partage la vie deFigaro.

La partie de son monologue concernant sa vie s'achève lorsqu'il se rassied pour la deuxième fois :
" (Il retombe assis) Ô bizarre suite d'événements… "
Ensuite vient le discours philosophique où il tire des conclusions concernant sa vie. Il élargit sa vie à la destinée des hommes. On passe d'une situation particulière à une situation générale.
-> Le spectateur est invité à sequestionner sur lui-même.

A la fin du monologue, on est remis dans le courant de l'intrigue par le discours direct (= l'apostrophe à Suzanne). Pendant toute la durée du monologue, on fait un écart à la pièce, on s'écarte de son cours.

2. Le réquisitoire social

L'attaque de Figaro vise les nobles.

1. La censure

Ce thème a été effleuré dans le procès. Ici, il est largement développé dans ledébut de l'extrait.
Champ lexical de l'expression écrite de l'opinion :
" sottises imprimées " " éloge flatteur "
" petits écrits " "je puis tout imprimer "
" journal inutile " " diables à la feuille "
Figaro revendique la liberté d'expression par les écrits.

" Je lui dirais… que les sottises imprimées n'ont d'importance, qu'aux lieux où l'on en gène le cours ; que sans la liberté de...
tracking img