Le maroc colonial

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1425 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1ère Partie : La conquête du Maghreb
III. Le Maroc
Passons maintenant au cas du Maroc.
A la veille de la Première Guerre mondiale, la France achève sa mainmise sur l’ensemble de l’Afrique du Nord. Le contrôle du Maroc a été arraché au terme d’une compétition coloniale particulièrement rude opposant en 1905 et 1911 la France et l’Allemagne. De plus, dès 1907, avant même le protectorat, l’arméefrançaise intervient brutalement dans le sud du pays pour rétablir l’ordre.
Durant le XIXe siècle, les puissances coloniales européennes tentent d'asseoir leur influence en Afrique du Nord. En 1823, lors de la conquête de l'Algérie, la France obtient du Maroc une promesse de neutralité. Mais en 1839, le sultan Abd el-Rahman soutient l'action du sultan algérien Abd el-Kader, le conflit algériens'étendant dans les provinces marocaines. L'armée marocaine est défaite par les troupes françaises du maréchal Bugeaud à l'Isly le 17 aout 1844. Le traité de Tanger, du 10 septembre 1844, met hors la loi le sultan Abd el-Kader et définit la frontière entre les deux pays.
Le Royaume-Uni cherche à accroitre sa puissance économique et signe, en 1856, un traité commercial très à son avantage.L'Espagne pousse son désir de reconquête. Elle déclenche et gagne la guerre de Tétouan en 1859-1860. Cette défaite impose au Maroc de lourdes pertes humaines ainsi qu'une importante indemnité de guerre, ce qui aggrave une situation économique déjà pas très bonne.
La France, quant à elle, désireuse de constituer en Afrique du Nord un territoire homogène signe, en 1863, une convention franco-marocaine.Les avantages accordés à la France et au Royaume-Uni sont élargis à tous les pays européens lors de la conférence de Madrid en 1880.
Au décès du sultan Moulay Hassan, et plus encore à la mort du régent Ben Moussa dit Ba Ahmad en 1900, les manœuvres coloniales reprennent de plus belle sur le Maroc. La France, en particulier, occupe et intègre les terres marocaines orientales à ses départementsd'Algérie française entre 1902 et 1904.
Les français entrent à Casablanca en 1907. Commerçants et entrepreneurs se montrent très actifs à Casablanca, où la notion de port reste une création récente.
Le coup de Tanger :
En 1904, un accord conclu entre les partenaires de l'entente cordiale, laisse à la France le Maroc comme zone d'influence et au Royaume-Uni, l'Égypte. Quant au Nord du Maroc, il estconcédé à l'Espagne.
En 1905, en vue de prévenir la mainmise de la France sur le Maroc, l'empereur Guillaume II (Empereur allemand et roi de Prusse) débarque théâtralement à Tanger. Ce « coup de Tanger » entraîne une poussée de germanophobie en France et la démission du ministre français des Affaires étrangères, Théophile Delcassé.
La conférence d’Algésiras :
Le coup de Tanger débouche sur uneréunion, l'année suivante, qui a duré trois mois et qui a donné lieu à une conférence internationale sur le Maroc à Algésiras, au sud de l'Espagne. Cependant, au grand regret de Guillaume II, la France et l'Espagne se voient confier la police des ports marocains et un Français est chargé de présider la Banque d'État du Maroc.
En 1909, l'Espagne étend sa zone d'influence à tout le rif marocain.L’incident d’Agadir :
En juillet 1911, l'Allemagne provoque un incident militaire et diplomatique avec la France en envoyant une canonnière (navire léger armé de canons) de la marine de guerre allemande dans la baie d'Agadir : c’est le coup d’Agadir. Après de nombreuses négociations, l'Allemagne renonce à être présente au Maroc en échange de territoires en Afrique équatoriale. Un traitéfranco-allemand est signé le 4 novembre 1911, laissant les mains libres à la France sur le territoire marocain. Tout est désormais en place pour que la France puisse installer son protectorat sur le Maroc.
Le traité de Fès :
Par le Traité de Fès, signé le 30 mars 1912, le sultan Abd al-Hafid abandonne la souveraineté du Maroc à la France, faisant du pays un protectorat.
L'Allemagne qui avait des vues...