Le marxisme et le keynesianisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1205 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
TD SEANCE N° 3

Le Marxisme et le Keynésianisme comptent parmi les trois courants économiques majeurs .Ils ont apportés de nombreuses réponses aux gouvernements successifs sur les différentes routes à suivre, susceptibles de les mener à la prospérité économique. Alors, quelles sont concrètement leurs idées ? Nous suivrons tout d’abord le cheminement de la pensée Marxiste puis nous aborderonsles théories Keynésiennes.

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, Karl Marx, dresse une critique virulente du capitalisme,  notamment dans son œuvre Le Capital, publiée en 1867. Il prône l’avènement du mon ouvrier (le prolétariat) et la chute des capitalistes (le patronat) en vue d’une société communiste.
La pensée de Marx tourne principalement autour de la « lutte des classes » .Pourlui les classes sociales se différencies entre elles par la place qu’occupent les individus dans le mode de production  et plus précisément par leur possession, ou non, des moyens de productions .Ainsi les différents groupes d’individus, ayant des conditions de vie similaires développent une conscience de classe ce qui mène à la lutte des classes.
Marx distingue la classe en soi de la classe poursoi. La classe en soit existe objectivement tendis que la classe pour soi existe car ses membre on conscience d’y appartenir, et c’est cette même conscience qui les amène à s’opposer aux autres classes. Dans les système capitaliste on distingue essentiellement deux classes sociales : la bourgeoisie qui détient les moyens de production et les prolétaires qui ne disposent que de leur force detravail, qu’il sont contraints de vendre aux bourgeois.
Marx critique fermement le système capitaliste.Pour lui, il entraine l’aliénation des prolétaires c’est à dire leur deshumanisation. De plus les ouvriers sont dépossédés du fruit de leur travail car le patronat leur « volent » une partie de la richesse qu’ils créent, c’est ce qu’on appelle la plus-value. Plus cette plus-value (correspondantapproximativement aux profits) augmente, plus le salaire diminue, or, lorsque le salaire est faible le chômage quand a lui est élevé. Ainsi, les capitalistes créent « une armée industrielle de réserve » faisant pression sur la bourgeoisie en vue d’une augmentation de leur salaire. Le chômage va donc de paire avec le capitalisme, car sinon il n’y aurait pas de profits.
Le capitalisme court à sa pertecar il est marqué par ce que  Marx appelle « la baisse tendancielle du taux de profit ». En effet une entreprise ne peut survivre sans profits les crises économique vont donc se succéder et devenir de plus en plus alarmantes. Pour Marx le capitalisme s’effondrera lorsque les prolétaires décideront de faire évoluer leur conditions de vie, il y aura alors une révolution dont la finalité sera ladisparition total des classes et la mise en commun des moyens de production ce sera l’avènement du socialisme qui laissera ensuite place au communisme et donc à la disparition de l’état.

Si la solution de Marx au capitalisme est l’avènement du prolétariat et la mise en commun des moyens de production qu’en est-il pour Keynes ?


John Maynard Keynes est né en 1883 à Cambridge, il travail pourl’administration publique lors de la crise de 1929 ce qui va le conduire à s’opposer au libéralisme et à proposer de nouvelles solutions qui vont révolutionner les politiques économiques de l’époque.
En 1936 Keynes publie la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie .Cet ouvrage marque un véritable tournant dans la pensée économique en proposant de nouvelles réponses à la criseallant à l’opposée des théories néoclassiques : les politiques interventionnistes . Ces dernières préconise l’intervention de l’état dans l’économie et sont notamment à l’origine de l’État providence. Après sa mort en 1946, le système keynésien est à son apogée : ce sont les trente glorieuses .Aujourd’hui en raison de l’ouverture de l’économie ces politiques ne sont plus d’actualité même si l’Etat...
tracking img