Le meilleur des mondes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (315 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La dystopie est un genre d'utopie mais où la société n'est pas vraiment le rêve auquel on voudrait aspirer, c'est plutôt la parfaite antithèse de ce à quoi l'on aspire. On l'appelle aussicontre-utopie.
Généralement, la dystopie met en scène une société tyrannique où l'individu s'efface devant le 'bien' de la société toute entière, et par la même occasion, le gouvernement enplace. Le bien de la société est bien souvent idéologique mais aussi économique.
Le Meilleur des mondes est d’abord le tableau d’une société capitaliste triomphante. La machine deproduction-consommation, mondialisée, exige une parfaite normalisation du citoyen, dès avant sa naissance par manipulation génétique, et tout le long de sa vie par le conditionnement. Il n’y a plus desujets, mais des masses anonymes esclaves d’un bonheur conforme qu’elles ne choisissent pas. Le Meilleur des mondes illustre un totalitarisme du parfait bonheur. La Cité y est une Mère ; maisune Mère terroriste qui infantilise et animalise les citoyens-bébés au nom d’un Bien communautaire auquel nul n’a droit d’échapper. Le Meilleur des mondes a pour lien social... l’amour,entretenu rituellement lors des « offices de solidarité ». Mais il s’agit d’une solidarité impersonnelle, fusionnelle, sirupeuse, à base de sexualité diffuse, en laquelle tout le monde « communie» anonymement. Le Meilleur des mondes décrit une civilisation dans laquelle l’histoire n’existe plus. La caste dirigeante, pour conserver à jamais sa domination - sous prétexte de faire lebien des hommes -, a pour objectif essentiel la stabilité sociale obtenue par l’amour de la servitude. Le but proclamé est de « faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle ils nepeuvent échapper ». Le moyen : les divertissements audiovisuels qui neutralisent la conscience critique, et le « soma », une drogue qui procure l’euphorie sans les ennuis de l’accoutumance.
tracking img