Le modele taylorien

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1817 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Il n’y a ni richesse ni force que d’hommes... » Jean BODIN (1530-1596) ou Antoine DE MONTCHRESTIEN Les facteurs de la croissance Avec l’investissement, le progrès technique et le commerce international, le travail est un facteur puissant de la croissance économique. Mais plus que la quantité de travail utilisée, c’est l’organisation de la force de travail qui permet véritablement la croissance.En fait, le travail est un facteur de production (avec le capital) mais recouvre également une dimension sociale, en tant qu’activité humaine socialement organisée De plus, il convient de distinguer le travail de l’emploi : ?Le travail : l’acte de travailler ?L’emploi : l’ensemble des conditions dans lesquelles le travail s’accomplit (lieu, durée, nature du poste...)

A. ORGANISATION DU TRAVAILET CROISSANCE ECONOMIQUE

1°) L’organisation du travail : un facteur de la croissance a- A. SMITH : les effets de la division technique du travail

Texte 1. La fabrication des épingles Ainsi, la division technique du travail permet d’obtenir des gains considérables de productivité, ce qui constitue un facteur puissant de croissance économique. Toutefois, A. Smith soulignait déjà les limitesde ce type d’organisation : « [L’ouvrier devient] « aussi stupide et ignorant qu’il soit possible à une créature humaine » (sic). b- F.W. TAYLOR : le fondateur de l’Organisation Scientifique du Travail (O.S.T.) Texte 2. Taylor et l’Organisation Scientifique du Travail (O.S.T.). Texte 3. La naissance de l'OST aux États- Unis c- H. FORD : le continuateur de l’ O.S.T. H. FORD (1863-1947) reprend lesprincipes tayloriens en matière d’organisation du travail, et y adjoint trois innovations. Texte 4. Les principes du fordisme A faire : TD sur le fordisme A travers sa politique de hauts salaires, H. FORD développe le pendant de la production de masse, à savoir la consommation de masse. En fait, le système taylorien-fordien, qui s’est très largement généralisé à de nombreuses industries et denombreux pays, n’est pas seulement une organisation du travail mais aussi et surtout un système économique global.

La logique du fordisme en tant que système productif ? Division du travail ? Horizontale ? Verticale ? Chaîne de montage ? Standardisation ? Augmentation des salaires Consommation de masse Production de masse

La logique du fordisme en tant que système économique Salariés ? Gains deproductivité ? ? ? ? Consommation de masse Consommateurs ? L’entreprise ? Production de masse

? Economies d’échelle Le cercle vertueux du fordisme La production de masse trouve des débouchés à travers la consommation de masse, ce qui permet de réduire les coûts de production grâce aux économies d’é chelle, ce qui entraîne des gains de productivité distribués aux salariés (sous forme de haussede salaires), aux consommateurs (sous forme de baisse des prix) et à l’entreprise (sous forme d’augmentation des profits, permettant de financer les investissements). Il s’agit donc d’un jeu économique à somme positive, permettant l’instauration d’un « cercle vertueux », fondé sur un large consensus social. Ainsi, les « 30 Glorieuses » reposent sur le « compromis fordiste » jusqu’au tournant desannées soixante-dix, période à laquelle ce système atteint ses limites. Pour approfondir... : Aux sources du taylorisme, Sciences Humaines n° 120, Octobre 2001 2°) De la remise en cause de l’OST... aux NFOT a- La crise du modèle taylorien - fordien La crise du modèle taylorien-fordien concerne la production et la consommation de masse. ?Les limites de la production de masse : Texte 5. Le travail àla chaîne dans l‘automobile. Texte 6. Témoignages d’ouvriers. Texte 7. Les dysfonctionnements du taylorisme. Ainsi, à partir de la fin des années soixante, se développent l’absentéisme, le turn-over, les accidents du travail et les conflits, sous forme de grèves notamment. La production s’en ressent : . réduction ou interruption de la production lors des grèves (conflit de février 1971 à l’usine...
tracking img