Le monde communiste après 1945

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2838 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le monde communiste après 1945

La cohérence du communisme :

La nature du communisme est très ambiguë, entre facteur d’unification et de division. Il réunit des peuples très dissemblables par leur histoire, leur identité culturelle ou ethnique ; cette disparité est contrôlée par une construction unitaire ayant une politique commune : le parti. La cohésion ne peut être que de natureidéologique entre des composantes aussi variées ; les buts sont la rupture avec l’ordre préexistant et la propagation universelle.

Le marxisme du XXe siècle est une lecture des travaux de Marx par Lénine, leur réinterprétation par Staline et l’expérience concrète du communisme selon le modèle soviétique. Il ne s’agit donc pas d’une doctrine fixe mais d’une série d’expression données à une pensée de base.L’URSS a longtemps le statut de modèle indiscutable, jusqu’à ses années de zénith 1945-1950. Son antériorité lui donne le statut de primauté, permettant la définition de la politique communiste selon son modèle seul. Tout le concept de communisme est donc centré sur ce modèle unique.

La cohésion du bloc perdure bien au-delà de la suppression du Komintern (organe du communisme internationalsupprimé par Staline sur demande de Roosevelt en 1943) ; le Kominform le remplace en 1947, réunissant les dirigeants communistes du monde entier pour une politique commune encore modelée sur le modèle soviétique.

La mort de Staline (1953) lance le processus de fragmentation en supprimant l’Etat central fort qu’était l’URSS stalinien, le seul capable de dissimuler les lézardes dans la structure ; àcela s’ajoute le XXe congrès (1956), la déstalinisation partage les pays communistes traditionnels des pays révisionnistes. Khrouchtchev, à la tête de l’URSS révisionnel, est un chef contesté ; d’autres centres du communisme apparaissent et la querelle du polycentrisme s’engage. La rupture sino-soviétique de 1955 augmente le chaos idéologique qui secoue le bloc de l’Est, ouvrant la voie àd’autres révisionnismes que l’URSS se dépêche d’arrêter.

S’ajoute encore la nuance entre socialisme et communisme. L’instauration de cette dernière est une entreprise à long terme, l’aliénation capitaliste étant tenace, les résistances étant trop nombreuses ; une société sans classes ne peut être le fruit que d’une longue évolution sur plusieurs générations. Or il y a donc plusieurs étapes à ceprocessus, donc des variantes entre états selon leur degré d’évolution. La Russie devance les autres par son avance de 25 ans et le XXIIe Congrès ne prévoyait l’ère du communisme russe que pour 1980. Les étapes sont donc :

démocratie populaire

la république socialiste après la socialisation de l’économie

L’internationalisme est une composante fondamentale de l’idéologie communiste. C’est unnouveau point de dissension entre Trotski (révolutionnaire rival de Staline que ce dernier fait assassiner en 1940) voulant instaurer le communisme international immédiatement et Staline s’accommodant des échéances et des délais. Le même débat surgit entre la Chine et l’URSS.
Ces débats n’entament toutefois pas la puissance soviétique et il y a toujours une corrélation très forte, à défaut deconséquence, entre la politique de l’URSS et l’action des partis communistes.

L’instauration du bloc communiste :

En gras les cinq étapes de l’extension du communisme.
1917, le noyau intégrateur du communisme est la Russie, rebaptisée URSS pour enlever toute dénomination de pays (dans la logique de l’internationalisme).

1919, écrasement des révolutions communistes sur le modèle russe dans lespays d’Europe (Allemagne, Hongrie). L’URSS est seule, isolée du reste de l’Europe par un cordon sanitaire. Lénine meurt en 1924 et après une lutte pour le pouvoir, Staline écarte Trotski et devient dirigeant. Il renonce temporairement au communisme international et édifie le système en URSS, espérant en étendre l’influence par le prestige. L’URSS prend le statut de grande puissance, le pouvoir...