Le monde de l'entreprise au japon à partir de stupeur et tremblement d'a. nothomb

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (760 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le monde de l’entreprise au Japon

Les salariés japonais travaillent normalement de 9 heures à 12 heures et de 13 heures à 18 heures, soient 8 heures par jour, 40 heures par semaine. Mais certainsarrivent beaucoup plus tôt et repartent beaucoup plus tard pour finir des dossiers ou pour se faire bien voir par les autres membres de l’entreprise. Amélie Nothomb le signale P. 77. « Les premiersemployés arrivèrent à 7 heures. » « Vint la nuit du 30 au 31. Fubuki fut la dernière à partir. » P.81.
En réalité, beaucoup de japonais font, volontairement, des heures supplémentaires non rémunéré :la durée hebdomadaire du travail reste une des plus fortes du monde ! P.105. : « On ne pouvait cependant pas lui reprocher d’avoir trop travaillé car, au yeux d’un japonais, on ne travaille jamaistrop. »
Ainsi, même Amélie se met à l’heure japonaise en travaillant nuit et jour pour mener à bien son travail : « Il n’était pas rare que des employés restent au bureau toute la nuit, quand il y avaitdes échéances à respecter. » P.76.
Les japonais ont 15 jours de congés par an mais ils ne les utilisent pas entièrement! En effet, au Japon, prendre des congés est très mal vu par les autres employéset les cadres de l’entreprise. Amélie Nothomb le souligne à la page 183 : « Nouvel an : trois jour de repos rituel et obligatoire. Un tel farniente a quelque chose de traumatisant pour les japonais.»
Les salariés sont peu syndiqués et ne font pas grève !
Traditionnellement, les japonais travaillent dans la même entreprise jusqu’à la retraite.
P.164 : « Dans un pays où, jusqu’à il y a peu,contrat ou pas contrat, on était engagé forcément pour toujours… »
Le salaire et l’avancement sont liés à l’ancienneté, non à la compétence, en témoignage du respect accordé aux anciens. P.56 : « Vousavez brigué une promotion à laquelle vous n’aviez aucun droit. » « J’ai vingt neuf ans, vous en avez vingt deux. J’occupe mon poste depuis l’an passé. Je me suis battue pendant des années pour...
tracking img