Le monde des images

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1511 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le monde des images
L’image « invente de plus en plus le réel » affirme François Dagognet dans l’avant-propos de la seconde édition de Philosophie de l’image. Cette idée selon laquelle le réel découlerait de l’image, et non l’inverse, est paradoxale. L’étymologie latine du terme « image », imago, comporte en effet l’idée de représentation, d’imitation. C’est-à-dire que l’image imite le réel,c’est une reproduction affaiblit, inexacte de du réel. L’idée d’un monde des images suggère un ensemble de représentation, une entité à part du monde réel. Une sorte de monde intérieur, l’imagination, s’opposant à un monde extérieur rationnel. Toutefois, envisager ces deux mondes qu’en termes d’opposition peut sembler restrictif, d’autant plus que les nouvelles technologies au changé la donne quant aulien entre ces deux mondes. D’un autre côté, peut-on comparer deux mondes que tous semble opposés ou, au contraire, doit-on considérer, tel Platon, les images comme le plus bas degré du réel ? En d’autres termes quelle importance accorder au monde des images vis-à-vis du monde extérieur ?

Dans sa République, Platon se méfie des images et de l’imagination c’est à l’imitation par les images. Ilsoutient que les images sont trompeuses. Elles se font passer pour la chose sans être la chose. Ainsi, pour le disciple de Socrate, le monde des images représente le plus bas degré de la connaissance. Une telle suspicion repose sur les deux fonctions de l’imagination. D’une part, l’imagination est reproductive. Elle reproduit la réalité. Il s’agit d’une perception affaiblie qui pourrait mener à laconfusion, l’incapacité à bien cerner le réel. Le meilleur exemple de cette confusion serait probablement le courant artistique du réalisme. Ainsi, « les glaneuses » de Jean-François Millet ne sont pas des paysannes participant à la moisson mais une représentation de paysannes. Une peinture reste un tableau, tout comme une œuvre littéraire reste une fiction même si elle emprunte des éléments auréel. D’autre part, l’imagination est productive. C’est-à-dire qu’elle a la capacité de représenter quelque chose qui n’existe pas ou pas encore, de créer un monde imaginaire. Cette fonction productive en fait une puissance de mensonge car elle ne donne aucun critère pour distinguer le vrai du faux. Le film Inception de Christopher Nolan retranscrit cette puissance de divagation, de mensonge. Lepersonnage principal est capable de créer un monde parfait, quasiment identique à la réalité dans lequel il peut évoluer. Cependant, ce rêve demeure un rêve. Or ne faisant qu’abuser de cette capacité, il finit par ne plus distinguer dans quel monde il est : monde des rêves ou monde réel. A travers ces deux fonctions de l’imagination, on peut considérer le monde des images comme s’opposant à larationalité, à la connaissance vraie. C’est pourquoi Platon préconise une sortie de ce monde des ombres, du monde des images. En employant « l’allégorie de la caverne », Il décrit ce processus violent mais progressif. Au premier degré de connaissance, les hommes évoluent dans un monde où les ombres sont pris pour des objets réels. Ils sont dans l’ignorance sans le savoir ; ils sont enchainées,prisonnier de cette ignorance. Ce n’est qu’après être forcé, que l’individu se tournera vers la lumière, se rapprochera de la connaissance vraie. Parmi ce chemin vers la connaissance, l’image est une étape après laquelle l’homme pourra distinguer les objets eux-mêmes. Ainsi, l’homme commencera à considérer les images des hommes et des autres objets qui se reflète dans les eaux avant de parvenir à laconnaissance. A travers cette allégorie, on remarque que l’image doit être proscrite afin de se tournée vers la vérité, loin des faux semblant du monde des images.

Cependant, François Dagognet réfute cette vision bipolaire du monde des images et du monde du réel. Dans Philosophie de l’image, il note l’évolution paradoxale du lien entre sensible et intelligible. Alors que dans le passé le...
tracking img