Le monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 102 (25306 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Economie
Jeunes : le chômage n’est pas forcément une fatalité
tLes 15-24 ans sont touchés de façon inégale : les moins diplômés sont les plus vulnérables tLoin d’être un « mal français », les difficultés d’insertion des débutants sont communes à de nombreux pays européens

France p. 2 à 3 Précarité systématique, inutilité du diplôme... dix idées reçues sur les 15-24 ans face au marché dutravail

Opinions et stratégies, acteurs et entreprises
Europe p. 4 et 5 Espagne, Suède, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas : partout la crise pénalise les débutants

PatrickWerquin,OCDE p.6 « Le manque de qualification est à la source du problème »

Exclusif p. 7 à 10 Le palmarès Universum des entreprises préférées des étudiants
Annonces p Paroles d’experts Jeunes diplômés Page 8 p Dirigeants pFinance, administration, juridique, RH p Banque assurance p Conseil, audit p Marketing, commercial, communication p Santé p Industries et technologies p Carrières internationales p Multiposte p Collectivités territoriales Pages 7 à 10 Consultez notre site : www.lemonde.fr

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

Les Rendez-Vous de l’Emploi
COLCANOPA

L

es oscillationsdes pronostics sur la durée et la gravité de la récession économique ne sauraient faire oublier la montée du chômage, et en particulier celle du chômage des jeunes. L’annonce par l’Insee, le 15 mai, d’une récession plus forte que prévue au premier trimestre 2009 (– 1,5 %), laisse augurer la poursuite des des-

Spécial 10 pages
tructions d’emplois. Fin mars, la hausse du nombre de personnesinscrites au Pôle emploi avait atteint 22,1 % sur un an, mais 24,5 % pour les moins de 25 ans, et même 35,8 % si l’on y ajoute ceux qui ont exercé une activité réduite sur le mois. Soit un total de 451 600 jeunes chômeurs, 119 000 de plus qu’en mars 2008.

Or, comme le souligne Patrick Werquin, économiste à la direction de l’éducation de l’Organisation de coopération et de développement économiques(OCDE), « le non-emploi en début de vie professionnelle fait perdre ses acquis : le capital humain se dégrade ». Aux dépens du jeune concerné, bien sûr, mais aussi de l’économie tout entière : un potentiel decompétences risque d’être perdu avant même d’avoir été utilisé. Sans parler du risque politique et social, illustré par la révolte de la jeunesse grecque de l’hiver 2008. La question engendreàla fois un sentimentdedéjà-vu–le« planjeunes »annoncéparleprésidentNicolas Sarkozy, le 27 avril, s’inscrit dans la lignée de la dizaine de « dispositifs » annoncés par les gouvernements,de droite comme degauche, depuis le pacte pour l’emploi des

jeunes de Raymond Barre… en 1977 – et l’impression d’un dialogue de sourds entre ceux qui, au nom des « débouchés », veulent mettre en œuvre uneénième réforme du système éducatif pour mieux l’adapter aux besoins de l’économie, et ceux qui dénoncent cet « utilitarisme » incompatible avec la production du savoir et la liberté critique et s’emploient à bloquer ces mêmes réformes. Cet immobilisme, qualifié de « typiquement français », fait oublier que les marchés du travail de tous les pays développés connaissentunesecousseaussiviolente. Elle estmême beaucoup plus pénalisante pour la jeunesse dans les pays qui, dans les années fastes, ont le plus « flexibilisé » leur marché du travail. Car les contrats à durée déterminée, l’intérim, etc., concernent d’abord les jeunes.

Tous les pays sont aujourd’hui confrontés aux mêmes constats. D’abord, une politique s’adressant aux jeunes en général a de moins en moins de sens, tant est grande lavariété des situations et des trajectoires professionnelles, dans un marché du travail de plus en plus éclaté. Ensuite, poursuivre l’objectif d’une adéquation entre formation et emploi est tout aussi chimérique, tant est manifestel’incapacité des entreprises à définir leurspropres besoinsdans un environnement incertain. Enfin, ce sont les jeunes les moins qualifiés qui sont le plus violemment...
tracking img