Le monopole de la violence physique légitime procurer par l'etat

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2562 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SARA MESSI
L1 sociologie science politique
Groupe 2

INTRODUCTION
Dans un monde de guerres d’insurrections de violence on a mis en place un système régulateur pour éviter au maximum tous ses facteurs de problèmes notamment par la violence légitime.
Trotski, disait « Tout État se fonde sur la violence » et Max Weber approuvait cette approche, lui-même disait que la violence légitime del’État est inévitable sinon on surviendra à une situation d’anarchie.
Il pense que le moyen de la violence soit nécessaire pour réprimer toute sorte de soulèvement du peuple. L’État est ainsi définis comme celui qui permet cette régulation par un gouvernement, des institutions et des services publics (police, gendarmerie forces armées) et uniquement l’État a le droit à la violence légitime.
Arentdisait que la violence « est par sa nature instrumentale ; comme tous les moyens, elle a toujours besoin d’un guide et d’une justification pour atteindre le but qu’elle poursuit » (Arent 1965 : 55)
Ce qui revient à dire que la violence a besoin d’une cause qui peut être liées à ce que les individus aspirent et estiment pouvoir atteindre, donc la privation peut engendrer un conflit qui est unecausalité de la violence.
Alessandro Pizzorno il différencie 3 types de conflits
* Le conflit de reconnaissance de la propre identité (ethnie, langues) qui existait mais se renforce avec le conflit.
* Conflits d’intérêts c’est-à-dire les objectifs que les groupes sociaux veulent atteindre.
* Conflits d’idéologie exigence d’imposé des idées, (philosophiques, sociales, politiques) àd’autres groupements sociaux.

Mais la violence a toujours existait, dans la société c’était un moyen normale de régler les conflits et c’est aussi une forme de domination, afin d’exprimer un désir de reconnaissance de la part de la population et aussi du gouvernement.
Cependant il semblerait que le monopole de la violence légitime détenue par l’État peut être détourné à des finalités abusives parcertains gouvernements. Comme l’exemple du printemps arabes qui à susciter un climat de soulèvement des populations le premier pays qui a inciter les autres pays arabes, à était la Tunisie, puis l’Égypte et enfin la Lybie ainsi que d’autres pays arabes, c’est un effet domino, tous ces pays se sont révoltés contre le gouvernement mis en place, car il y avait beaucoup de chômages et d’injustices, lesprincipaux causes de ces mouvement révolutionnaires c’est l’envie de passé d’un régimes de dictature à une démocratie, ces révoltes ont conduit au départ de plusieurs chefs d’États. Le terme « printemps arabes » est comparé au « printemps des peuples » de 1847 et signifie tout simplement, manifestations qui se produisent dans les pays arabes, dans l’idéologie de plusieurs auteurs sociologuesl’État est celui qui doit assurer la sécurité par la violence physique légitime, mais dans une société ou c’est l’État qui provoque un sentiment d’insécurité cela peut amener à nous poser une question qui est comment l’État même peut provoquer malveillance ? Dans le sens d’opprimer et de réprimer tout manifestation de non accord de l’État par la population causé par la privation, et la frustration dene pas être entendus. Tous cela je vous l’expliquerez dans un premier temps, tout d’abord par comment l’État est créé ? Donc la genèse de l’État plus précisément son processus historique, à partir de quel pouvoir ? Donc un pouvoir politique central légitimé et d’un appareil de domination, exprimer par un monopole permanent au XI é siècle. Puis dans un deuxième temps je vous parlerez du rôle dupouvoir au sein de l’État par différentes formes de pouvoirs et les effets du pouvoir sur l’État tout cela en m’appuyant sur l’exemple du printemps arabe
I. Genèse de l’État à une valeur suprême.

A. Processus historique de l’État.
B. Centralisation et légitimation du pouvoir politique de l’État.

II. Le rôle du pouvoir au sein de l’État.

A. Différente formes de...
tracking img