Le mot est belle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1643 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le jeu de l’amour et du hasard
de Marivaux
L’œuvre à l’examen
Par Alain Migé

Petits Classiques Larousse

-1-

Le jeu de l’amour et hasard de Marivaux

Entraînement aux questions d’oral
LA MESALLIANCE

Définition de la notion : est qualifié de « mésalliance » un mariage avec une personne considérée comme socialement inférieure par la naissance ou le statut professionnel. Dans lapièce, l’impossibilité d’une mésalliance ne provient pas d’une autorité extérieure. M. Orgon souhaite en effet un mariage d’amour pour sa fille qu’il laisse libre de se marier ou de ne pas se marier. Elle tient à des préjugés.

I Les préjugés contre l’amour
Les préjugés sont le fait de tous les personnages. Chez les maîtres : Silvia n’imagine pas épouser un « domestique » : « Je ne te hais, ni net’aime, ni ne t’aimerai à moins que l’esprit ne me tourne, voilà mes dispositions, ma raison ne m’en permet point d’autres » (II, 9). Ce que Silvia nomme sa « raison » n’est autre que la conscience de sa position sociale. Dorante partage les mêmes convictions : « Il ne m’est pas permis d’unir ton sort au tien » (II, 12). Mais les valets sont soumis aux mêmes préjugés. Lisette demande à M. Orgon lapermission de se laisser courtiser par Arlequin qu’elle prend à ce moment-là pour le « maître »

II L’amour contre les préjugés sociaux
La crainte de la mésalliance n’empêche pas malgré tout la « surprise de l’amour ». Bien qu’elle dise le contraire à son père et à son frère, Silvia s’intéresse à Dorante. Elle prend même prétexte de son état pour le défendre : « Quoi, parce que je suiséquitable, que je veux qu’on ne nuise à personne, que je veux sauver un domestique du tort qu’on peut lui faire, on dit que j’ai des emportements… » (II, 11). L’hypothèse d’une mésalliance crée dès lors un conflit entre l’amour et l’amourpropre chez Silvia et un drame de conscience chez Dorante : « Il pense qu’il chagrinera son père en m’épousant, il croit trahir sa fortune et sa naissance », dit Silvia(III, 4).
Petits Classiques Larousse -2Le jeu de l’amour et hasard de Marivaux

III Le triomphe des conventions sociales
L’hypothèse de la mésalliance n’est que fictive. Elle naît du double travestissement des personnages. Elle n’existe en conséquence que pour les personnages du « jeu », et non pour le spectateur qui connaît la véritable identité des personnages. Le dénouement rétablitd’ailleurs l’ordre social des choses : les maîtres se marient entre eux et les valets se marient également entre eux. Le bouleversement social qu’impliquerait la concrétisation d’une mésalliance n’a pas lieu.

Petits Classiques Larousse

-3-

Le jeu de l’amour et hasard de Marivaux

LE LANGAGE PARAVERBAL PARAVERBAL
Définition de la notion : on désigne par « langage paraverbal » tout ce quiaccompagne l’énonciation d’une parole et qui relève des modalités de cette énonciation : les gestes, les cris, les soupirs, le rire… Remarque : il peut paraître étonnant d’étudier ce type de langage dans une pièce de Marivaux dans la mesure où le marivaudage passe traditionnellement pour un jeu raffiné sur la langue. Le langage paraverbal n’en est pas moins très présent.

I La surprise des sens
La «surprise de l’amour », si fréquente dans le théâtre de Marivaux, est d’abord une « surprise des sens ». Celle – ci est suggérée dans les apartés des personnages : Cf. Dorante apercevant Silvia : « Cette fille-ci m‘étonne, il n’y a pont de femme au monde à qui sa physionomie ne fît honneur » (I, 6). Chez Silvia, la « surprise de l’amour » se traduit par des « larmes » (II, 8), par une vigueur dupropos (cf. les didascalies de la scène 11 de l’acte II : avec feu, avec vivacité, vivement). Le « corps » parle donc en premier.

II. Un accélérateur de l’action
Le langage paraverbal exprime ce que les mots ne disent pas ou pas encore. Par là, il contribue à faire évoluer l’action. Dorante se jette ainsi aux pieds de Silvia : scène à laquelle M.Orgon et Mario assistent sans mot dire (II,...
tracking img