Le mythe de dom juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1494 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Biographie en résumé
Le séducteur mythique apparaît en 1630 sous la plume de Tirso de Molina. Il sera repris et recréé par de nombreux écrivains dont Molière, Lorenzo Da Ponte (auteur du livret Don Giovani pour Mozart), Byron, Hoffmann, Musset, Mérimée et Dumas.

«Don Juan vit dans la jouissance de l’instant présent et s’impose comme l’individu s’opposant au Dieu qui l’a créé. Il incarne lapuissance du désir érotique en s’opposant à la morale chrétienne qui exige que le mariage précède et encadre la satisfaction de ce désir. Don Juan représente la toute-puissance de l’individu face non seulement à toute oppression mais plus encore face à toute forme d’autorité, qu’elle soit divine ou sociale.»

Vie et œuvre
Naissance et développement du mythe littéraire de Don Juan, du XVIIème auXIXème.

La première version du mythe: «un personnage empli d’une sensualité souveraine»

La première version du mythe qui développe pleinement les caractéristiques du personnage est l’œuvre de Tirso de Molina, El burlador de Sevilla y Convidado de Piedra, paru en 1630. Don Juan est défini par cette œuvre comme un personnage défiant les autorités et la société de son temps en refusant de sesoumettre aux codes moraux qui sévissent alors et en remettant à plus tard son repentir. Personnage empli d’une sensualité souveraine, non pas athée mais peu intéressé par la religion catholique, il poursuit et trompe de nombreuses femmes avant de se repentir devant les flammes de l’enfer. Il symbolise un déchaînement érotique qui s’oppose au discours galant de l’amoureux transi. Beryl Schlossman,dans son article « Disappearing Acts: Style, Seduction, and Performance in Dom Juan », souligne la singularité du discours de Don Juan face au discours amoureux courtois: « In Tirso’s play, an idiom of literal and unmediated eroticism infiltrates the refined conceits of love. »1À ce discours spécifique qui caractérise Don Juan l’auteur ajoute les principales caractéristiques développées par Tirsodans son œuvre :

He [Don Juan] is distinguished by his success, his sadism, and his sexual punishment of women, rendered inseparable from the ambiguities of jouissance in Tirso’s representation. These elements of Tirso’s first scene form the background of the tradition. […] Tirso sets the masculine against the feminine; he portrays love as a battlefieldof desire against marriage. […] Don Juan figures the importunity of desire, its refusal to be domesticated in the house of marriage, and its inherent transgression. Tirso describes the figure of desire with the name of Lucifer.2

Don Juan vit dans la jouissance de l’instant présent et s’impose comme l’individu s’opposant au Dieu qui l’a créé. Il incarne la puissance du désir érotique ens’opposant à la morale chrétienne qui exige que le mariage précède et encadre la satisfaction de ce désir. Don Juan représente la toute-puissance de l’individu face non seulement à toute oppression mais plus encore face à toute forme d’autorité, qu’elle soit divine ou sociale. Georges Gendarme de Bévotte, dans sa thèse La Légende de Don Juan souligne que le personnage de Don Juan ne peut naître que dans unesociété qui tente de régir l’amour et de restreindre toute sensualité. Don Juan s’oppose fondamentalement à la charité que prône l’église catholique et aux devoirs qu’impose la vie sociale. Il place l’individu au-dessus du général, de la société :

[Don Juan] a supprimé de sa vie les devoirs envers ses semblables, estimant que le seul devoir de l’hommeest d’assurer à son moi un épanouissement sans limites.3

«Don Juan devient, à travers la pièce de Molière un libertin athée, grand seigneur hypocrite».

À cette première version du Don Juan espagnol succède des variantes italiennes qui n’apportent pas d’importants changements en ce qui concerne la figure de Don Juan. Les œuvres françaises au dix-septième siècle de Villiers et Dorimon...
tracking img