Le mythe de narcisse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2036 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dossier d’Histoire des Arts :

Le mythe de Narcisse

Présentation du mythe de Narcisse :

L’histoire de ce mythe est simple, mais possède vraisemblablement une forte portée significative. En voici un résumé :
Dans la mythologie grecque, Narcisse (en grec ancien Νάρκισσος / Nárkissos) est le fils du dieu fleuve Céphise et de la nymphe Liriope .A sa naissance, Liriope consulta alors Tirésias – un clairvoyant – sur l’avenir de son fils. Il lui présagea de longues années de vie « s’il ne se connaît pas. » . Ce présage sembla dénué de sens, pourtant, la destinée du jeune homme allait confirmer cette prédiction. Narcisse, exceptionnellement beau, ne laissait personne indifférent : maints garçons et filles tombaient sous son charme et pourtant, il nesuccombait à aucun d’eux. Écho, une nymphe condamnée par Junon à ne se servir de sa voix que pour redoubler les paroles et les sons entendus, s’éprit pour Narcisse, mais celui-ci la repoussa avec dédain. Suite à ce refus, Écho s’exclut, couverte de honte, dans les antres solitaires. Elle, ainsi que plusieurs autres nymphes, avaient été déçues par le beau jeune homme et un jour, l’une d’elles lança uneprière en disant : « Qu’il aime donc de même à son tour et de même ne puisse obtenir l’objet de son amour ! » Sa prière fut entendue et exaucée par la déesse de la vengeance, Némésis. En effet, lorsque Narcisse, fatigué par la chasse, apaisa sa soif dans une source d’eau, il fut soudainement séduit par son reflet dans l’eau. Il retourna maintes et maintes fois à la source pour se contempler etsolliciter l’amour de ce visage insaisissable. Déceptions après déceptions, il finit par s’avouer que ce visage n’était nul autre que lui-même. Un jour, il ne put supporter davantage la douleur de cet amour vain : il perdit de sa vigueur et de sa beauté et se laissa mourir, les yeux plongés dans l’eau. Son corps disparut et à sa place on découvrit une « fleur jaune safran dont le cœur était entouréde feuilles blanches », un narcisse.
Une autre version de la fin , qui reste tout autant tragique, veut que narcisse, voulant embrasser sa propre image reflétée sur l’eau , y tomba dedans et s’y noya. A l’endroit de sa disparition, on retrouva ici aussi une fleur de narcisse.

Nous allons étudier ce fameux personnage mythologique à travers trois supports de nature etd’époque différentes. Tout d’abord par le biais d’un poème latin :Les Métamorphoses d’Ovide, datant de l’antiquité. Puis, nous nous intéresserons à une peinture de la Renaissance italienne peinte par Le Caravage et finalement nous nous pencherons sur une sculpture du 19 ème d’ Ernest-Eugène Hiolle.

Premier support : Les Métamorphoses d’Ovide

Les Métamorphoses d’Ovide, constitue lepremier écrit qui évoque le mythe de Narcisse. . De cette œuvre majeure de la littérature latine (l'œuvre comprend 15 livres, environ 250 légendes et près de douze mille vers), qui raconte l’histoire mythique du monde depuis le chaos originel jusqu’à l’apothéose de Jules César, nous allons étudier qu’un extrait de la traduction du poème concernant Narcisse qui est très long.

Les métamorphosesd ovide, le texte en latin :
Fons erat inlimis, nitidis argenteus undis,
quem neque pastores neque pastae monte capellae
contigerant aliudve pecus, quem nulla volucris
410
nec fera turbarat nec lapsus ab arbore ramus;
gramen erat circa, quod proximus umor alebat,
silvaque sole locum passura tepescere nullo.
hic puer et studio venandi lassus et aestu
procubuitfaciemque loci fontemque secutus,
415
dumque sitim sedare cupit, sitis altera crevit,
dumque bibit, visae correptus imagine formae
spem sine corpore amat, corpus putat esse, quod umbra est.
Adstupet ipse sibi vultuque inmotus eodem
haeret, ut e Pario formatum marmore signum;
420
spectat humi positus geminum, sua lumina, sidus
et dignos Baccho, dignos et Apolline...
tracking img