Le mythe de sisyphe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2709 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
METHODOLOGIE

LE MYTHE DE

SISYPHE

2008
Introduction :

Au moment où nous avons choisi d’étudier Sisyphe et le mythe qui s’y rattache, nous ne savions pas encore exactement quelle direction nous allions emprunter pour notre étude. Puis, à force de recherche, nous avons découvert que le mythe de Sisyphe nous donnait une rare occasion, en effet, une pléthore de phénomènespsychologiques peuvent lui être rattaché, et notre motivation à percer les secret de ce mythe s’est accrue. Le mythe de Sisyphe devenait plus qu’un devoir, cela devenait un réel plaisir de trouver comment extraire du mythe des éléments faisant écho à la problématique , et par la suite , en établissant notre propre problématique nous avons alors compris que ce mythe était une occasion de voir quelsmécanismes intellectuels l’Homme déploie au quotidien et face aux épreuves. Ces mécanismes nous on évidemment mené à nous poser la question de l’introspection et de l’introjection tant dans le mythe en lui-même mais aussi dans le schéma collectif de la société actuelle.

Méthodologie :

Question de départ : Comment l’Homme se projette t-il au travers de l’épreuve sans fin que les dieuxont imposés à Sisyphe ?

Rappel du mythe : Sisyphe est condamné par les dieux à rouler sans cesse un rocher jusqu’au sommet d’une montagne ; hors le rocher retombait dès son arrivée en haut de la montagne ou selon les versions juste avant d’en atteindre le sommet. Dans notre études du mythe, nous avons fait le choix d’utiliser cette particularité propre à Sisyphe, cette d’un récitoriginel. En effet, lors de nos recherches nous n’avons trouvé aucun récit, aucun auteur qui dans l’antiquité aurait transcrit le mythe de Sisyphe. Ce constat établit nous avons choisi d’étudier avec attentions ce fait en particulier, le fait que justement, de notre mythe découle deux fin différentes. Il est bon de souligné que c’est cette particularité, qui est responsable de l’axe sous lequelnous avons choisi d’aborder ce thème, et qui nous mène à ; la présente méthodologie : Quelques instant après avoir choisi notre thème, nous avions chacun de notre côté quelques idées sur la direction à donner à cette étude, ce qui nous a amener afin d’élargir notre horizon à nous organiser deux à trois séance brainstorming d’une heure chacune afin de confronter nos idée, et d’en dégager d’autre.Entre chaque séance nous travaillions de notre côté, essayant de trouver des sources nous permettant de corroborer et/ ou développer les idées qui nous semblaient pertinentes.

Corpus :
Problématique : Comment le fantasme se projette et comment le désir s’exprime à travers le mythe ?

Hypothèses :

- Il s’agit de tout évidence d’une tradition orale, cela signifie t-ilque le conteur et el publique « communie » durant ce temps de transmission ?
- S’il « communient » n’échangent-ils pas d’une certaine façon leur sentiments, n’y a-il pas un matériel psychique qui se transmet en même temps que le conte ?

Définition :

L'introjection est un concept psychanalytique opposé à celui de projection. On doit ce concept à Sándor Ferenczi qui l'élabora en1909, écrivant son fameux article Transfert et introjection
En psychologie, l'introspection est une méthode d'observation et d'analyse de soi en vue d'étudier sa propre personne (psychologie introspective) et acquérir une connaissance de soi ou bien en vue de connaître l'esprit humain en général.

Introspection : Étymologiquement, le terme d'introspection vient du latin « introspectus » action deregarder à l'intérieur. En général, elle est le fait, pour une conscience, de s'observer elle-même. En psychologie, l'introspection est une méthode d'observation et d'analyse de soi en vue d'étudier sa propre personne (psychologie introspective) et acquérir une connaissance de soi ou bien en vue de connaître l'esprit humain en général. L'introspection était la principale méthode utilisée aux...
tracking img