Le naturalisme et le cristianisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3869 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
quel est le rapport entre le protestantisme et le naturalisme
Le terme « naturalisme » est ambigu. Si vous entendez ce que certains philosophes appellent « naturalisme méthodologique », vous entendez qu’aucun « événement observable » dans la nature ne doit être expliqué par des causes surnaturelles. Si vous entendez par là le « naturalisme métaphysique », alors il s’agit d’une doctrine affirmantque n’existent que des réalités naturelles et aucune réalité surnaturelle. Dans un cas on accepte l’existence de réalités non naturelles, dans l’autre on ne l’accepte pas.
Il va alors de soi que le naturalisme métaphysique et le christianisme sont incompatibles car le christianisme affirme que Dieu n’est pas un objet de la nature, mais en est le créateur. Par contre on peut accepter qu’il y aitcompatibilité entre le naturalisme méthodologique et le christianisme. Le naturalisme méthodologique exige, en effet, simplement qu’on n’«explique » pas le naturel par des causes surnaturelles. Il donne des règles pour le bon fonctionnement de la science. La science n’a, par exemple, pas à expliquer les sauts dans l’évolution par l’action de Dieu ou n’a pas à expliquer l’encore inexplicable pardes causes non naturelles. Par contre la science doit laisser ceux qui le désirent « interpréter » l’évolution comme voulue par Dieu ou telle guérison scientifiquement et naturellement inexplicable comme signe de Dieu. Tout dépend de la différence entre expliquer et interpréter ou entre expliquer et comprendre. Si le naturalisme scientifique ou méthodologique doit accepter que puissent exister descompréhensions de soi et du monde qui ne soient pas soumises à ses critères de scientificité, les compréhensions de soi et du monde (parmi lesquelles le christianisme) doivent quant à elles accepter de ne pas poser d’affirmations qui seraient contredites par les résultats avérés de la science. Ainsi, si un chrétien affirmait que le soleil tourne autour de la terre parce que la Bible l’affirme ouqu’il n’y a jamais eu d’évolution et que le texte de Genèse 1 raconte quelque chose qui s’est passé tel qu’écrit, alors ce christianisme-là n’est pas compatible avec le naturalisme méthodologique et il faut donner raison à la science.
Pubblicato da Tanja, Daniela, Valeria a 09:00 0 commenti [pic]

[pic]lunedì 27 agosto 2007

Naturalisme, culturalisme… humain et univers

1 - Le naturalisme
Parnaturalisme on entend la théorie selon laquelle l'être humain est déterminé depuis sa conception par son patrimoine génétique, son génotype. Ce qu'il est relève de l'inné. Pour nous naturalisme est synonyme d'innéisme biologique.
Selon l'innéisme biologique non seulement les caractéristiques physiques des individus sont déterminées par le patrimoine génétique mais encore leur comportement socialtout entier. C'est l'hérédité qui crée en quelque sorte l'environnement. C'est l'hérédité qui sécrète le milieu (Cyril D. Darlington, The little universe of man, Georges Allen & Unwin, London, 1978).
C'est pourquoi les partisans de l'innéisme biologique qui souhaitent "améliorer" l'espèce humaine ne sont pas hostiles aux manipulations génétiques et aux politiques eugénistes, à l'eugénisme (Del'homme au surhomme, biologique de l'avenir, in Yves Christen, L'homme bioculturel, de la molécule à la civilisation, Editions du Rocher, Monaco/Paris, 1986, pp.152-174), c'est à dire aux politiques dites d'amélioration de l'espèce humaine.

2 - Le culturalisme
Par culturalisme nous entendons la théorie selon laquelle l'être humain est à la naissance une "page blanche" sur laquelle il écrira sonhistoire dans le cadre d'un environnement, d'un milieu, qu'il modèle selon sa volonté et qui le modèle. Cette théorie philosophique, encore appelée "thèse de la table rase", a notamment été développée au XVIIIème siècle par l'abbé Etienne de Condillac (1714-1780) ( Etienne Bonnot abbé de Condillac : Essai sur l'origine des connaissances humaines, 2 vol., P. Mortier, Amsterdam, 1746, 1 vol.,...
tracking img