Le nazisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1360 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Eloquence.

Je suis donc ici pour vous parler du nazisme, plus particulièrement des criminels nazis et de leurs jugements a l’heure d’aujourd’hui.

Rappelez-vous, 1945, le régime nazi est tombé, Hitler s’est suicider, l’Europe est libre et le monde revient à la normale. Pour beaucoup, c’est la fin d’un monde tyrannique et enfin l’ouverture vers un future sans difficulté… Certaines personnesveulent mettre entre parenthèse cette période dramatique de l’histoire, elles sont prêtes à oublier, pardonner même et tout recommencer a zéro !!!
Mais d’autres, d’anciens prisonniers ou familles de victimes attende toujours que justice soit rendue et que leurs tortionnaires soit jugé.
En effet, d’anciens nazis sont toujours en liberté à l’heure actuelle ! Est-ce normal ? Croyez-vous utiles dejuger d’anciens nazis presque centenaires ? C’est a cette questions que je vais tenter de répondre devant vous, et ce, en abordant la notion philosophique du pardon, mais aussi la notion de respect, le respect de la mémoire de ces familles qui n’attende qu’une seul chose pour pouvoir enfin faire leurs deuil et enfin de la notion de mémoire et de pérennisations de celle-ci aux générations futures.Avant toute chose, quelques chiffres : 6 millions, 3 millions ou encore 250.000.
6 millions c’est comme vous le savez tous le nombre de juifs mort dans les camps, 3 millions, le nombre de polonais non juif tué, 250.000 nombre de tzigane et j’en passe pour un total d’un peu plus de 13 millions de victimes !!!
Ces chiffres sont monstrueux mais permettent plus que de long discours de choquerl’opinion publique. Alors, faut-il vraiment juger les anciens nazis ?

Premièrement, selon le principe juridique et la loi française, quiconque a commis un crime peu bénéficié du principe de prescription, vous pourriez donc me dire qu’il n’y a plus lieu dés lors de juger ces anciens nazis, qu’après 60 ans, ils pourraient bénéficier de ce principe et ne plus avoir de compte à ne rendre à personne. Maisc’est sans compter que, dans cette même loi française, il existe une close révélant que la prescription est interdite lorsqu’il s’agit de crime contre l’humanité. Dans ce cas particulier de crime contre l’humanité, les juristes et la communauté international adoptent le principe d’imprescriptibilité.
Cette nécessiter de juger les anciens nazi semble donc acquise. Mais dés lors, peut on aborderla notion de pardon ? Selon un point de vue philosophique, pour qu’il y ait pardon, il faut que 2 conditions indispensables soit réunies.

La première semble tomber sous le sens, C’est que les bourreaux demandent pardon, qu’ils présentent des excuses et manifestent ouvertement des regrets circonstanciés et motivés. La seconde, est que ces excuses s’adressent explicitement aux offensés, pas a unreprésentant ni même un membre de sa famille. Seul l’offensé peu pardonné.
Cette analyse conclu donc que ces 2 conditions ne peuvent être réunies dans le cas présent. La première, parce que jamais les nazis n’ont manifesté de repentis, a quelque degré que ce soit. Pire, certains nient encore bonnement et simplement l’existence même des camps d’extermination ; ils prétendent qu’a l’époque, ilsn’ont rien vu ou entre vu. Etonnant en sachant que même Anne Franck, recluse dans sa chambre de bonne, connaissait déjà leur existence en 1942 lors de la rédaction de son journal.
Les anciens nazis clament même qu’ils n’auraient jamais fais de mal a qui que ce soit, qu’ils étaient des citoyens honnête, de bon travailleur et de bon père de famille.

La seconde raison qui rend impossible le pardon,c’est que seul les victimes pourraient l’accorder : les millions de juifs, tziganes, handicapés ou encore homosexuelle, eux seul pourraient accorder leurs grâces. Or, leur disparition rend par conséquent leur pardon impossible. On peu dés lors dire que « le pardon est mort dans les camps de la mort »

Apres cette notion de pardon, il convient d’aborder la notion de moral, de respect. A la...
tracking img