Le non respect des droits de l'homme en chine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2832 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommaire

I. Introduction
II. Définition des droits de l’homme
III. Les limites des droits de l’homme en Chine
IV. Actualité (articles et explications)
V. Conclusion

Sources : site amnesty international, ritimo.org, aidh.org, journal le monde, le journal de 20h

I – Introduction

L’histoire des droits de l’homme est aussi ancienne que celle du droit ; souvent obtenus à l’issue decombats politiques ou de luttes sociales, les droits de l’homme appelés également « droits humains » ou « droits de la personne humaine » exprime la reconnaissance de la dignité inaliénable de la personne humaine.
A partir des droits de l’homme sont apparus des déclarations, pactes, protocoles et conventions. Les premiers textes furent nationaux voir locaux, puis universels, c’est-à-dires’appliquant à tout être humain, sans distinction de nationalité, de sexe, de religion.
Nous allons développer quelques-uns des arguments les plus utilisés par la Chine pour empêcher toute application définitive des droits de l'homme sur son territoire et ainsi, démontrer le non-respect des droits de l’homme en Chine.

II – Définition des droits de l’homme

Les droits de l'homme connurent leurspremières expressions lors des mouvements d'indépendance en Amérique et pendant la Révolution française. L'élaboration de la Déclaration d'Indépendance américaine de 1776, de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 et la Déclaration Universelle des droits de l’homme de 1948 répondent à cette nouvelle conception de l'homme et du monde. L’homme est libre de ses actes et de son destin etsa liberté s'arrête là où commence celle des autres.

Cependant, certaines études faites par des ONG tel qu’Amnesty International et Human Rights Watch démontrent les violations de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme par le parti communiste chinois.
Ainsi, sous la pression, en mars 2004, la constitution chinoise a été amendée sur le respect et la préservation des droits del’homme. Les États occidentaux avaient espéré que cet amendement serait suivi de changements dans la politique du gouvernement chinois, mais des violations des droits de l'Homme et des droits civiques ont démontré le contraire. La Chine conteste la vision occidentale critiquant les droits de l'homme en Chine, la considérant comme erronée.

La déclaration universelle des droits de l’homme compte denombreux articles :
Les articles 1 et 2 stipulent que « tous les êtres humains naissent égaux en dignité et en droits, sans distinction aucune, de race, couleur, sexe, langue, religion, opinion politique, ou tout autre opinion,… ».
Les articles 3 à 21 énoncent les droits civils et politiques reconnus à tout être humain : « droit à la liberté et la sureté de la personne, droit de ne pas être soumis àla torture ni à des peines cruels, inhumaines ou dégradantes, droit de circuler librement, droit de fonder une famille (politique de l’enfant unique), liberté de pensé (endoctrinement),… ».
Les articles 22 à 27 énoncent les droits économiques, sociaux et culturels.
Les articles 28 à 30 précisent que chacun a des devoirs envers la société dans laquelle il vit.

Cependant la Chine rejette lavision totalement ethnocentriste des pays occidentaux en matière de droits de l'homme, elle tient à justifier ses propos en insistant sur les différences fondamentales qui existent entre l'Occident et l'Orient, essayant ainsi de démontrer à quel point il est aberrant de se limiter à une seule vision du monde et de l'homme.

III – les limites des droits de l’homme en Chine

A – Système juridiqueLe gouvernement chinois reconnait qu'il existe des problèmes concernant leur régime juridique, notamment :
- un manque de lois en général (et pas seulement concernant les droits civiques)
- un manque de garanties juridiques en matière de procédure
- des conflits de droits.
D'autres problèmes concernent le manque d'indépendance de la justice : en effet, les juges sont nommés par l'État...
tracking img