Le nouveau roman et le personnage.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1203 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le roman au XXe siècle : dernières nouvelles du personnage

Le personnage et le Nouveau Roman
 
Dans un article de 1957, repris dans Pour un nouveau roman, Robbe-Grillet s’en prenait à « quelques notions périmées » : en premier « le personnage » (du roman réaliste), en second « l’histoire » :
« Nous en a-t-on assez parlé du « personnage » ! Et ça ne semble, hélas, pas près de finir.Cinquante années de maladie, le constat de son décès enregistré à maintes reprises par les plus sérieux essayistes, rien n'a encore réussi à le faire tomber du piédestal où l'avait placé le XIXe siècle. C'est une momie à présent, mais qui trône toujours avec la même majesté quoique postiche au milieu des valeurs que révère la critique traditionnelle. C'est même là qu'elle reconnaît le « vrai » romancier: « il crée des personnages »... »
 
Et pour appuyer sa conviction que le personnage était sinon mort, mourant ou, en tout cas devait être achevé, il en appelait au grands modernes : Sartre et sa Nausée, Camus et son Etranger, affirmant que personne ne se souvenait du nom du narrateur ! Il leur associait Céline ─ « le Voyage au bout de la nuit, décrit-il un personnage ? » ─, Kafka et Beckett.Un peu avant, Nathalie Sarraute avait lancé son offensive (dans un texte repris dans L’ère du soupçon) :
« …, les personnages, tels que les concevait le vieux roman (et tout le vieil appareil qui servait autrefois à les mettre en valeur), ne parviennent plus à contenir la réalité psychologique actuelle. Au lieu, comme autrefois, de la révéler, ils l'escamotent.
Aussi, par une évolution analogueà celle de la peinture bien qu'infiniment plus timide et plus lente, coupée de longs arrêts et de reculs l'élément psychologique, comme l'élément pictural, se libère insensiblement de l'objet avec lequel il faisait corps. Il tend à se suffire à lui-même et à se passer le plus possible de support. C'est sur lui que tout l'effort de recherche du romancier se concentre, et sur lui que doit portertout l'effort d'attention du lecteur. »
 
Mais les choses sont-elles aussi simples ?
Nathalie Sarraute dans Martereau (1953) donne ironiquement la vedette à un faux héros (anti héros) qui encombre l’esprit du narrateur. Léon Delmont, héros de La Modification (1957) de Michel Butor, garde toutes les caractéristiques du personnage classique (il possède un état civil) ─ la modernité résidant plutôtdans le renversement du drame bourgeois (le mari/ la femme/ la maîtresse) à la fois dans la déconstruction du stéréotype et par l’astucieux procédé du « vous » qui implique le lecteur et évoque le monologue intérieur. Chez Robbe-Grillet, le Wallas des Gommes, (1953) et le Mathias du Voyeur (1955) sont encore, minimalistes, des « personnages » Moins le narrateur de La Jalousie réduit à un regard(parfois à une oreille ), et la figure de son épouse, désignée par l’initiale A. Dans La Route des Flandres (1960) de Claude Simon, l’identité du héros, Georges, se dissout au fil du texte au profit des impressions qui enrichissent sa conscience. On a là la version faulknérienne (et par certains côtés proustienne) du NR, manifeste dans l’utilisation du monologue intérieur, du flux de conscience, dustream of consciousness ─ que l’on retrouve aussi chez Sarraute. Ceci suffit à montrer que le NR n’a rien d’un mouvement uniforme. Au point d’ailleurs qu’on se demande qui en fait partie. Marguerite Duras, par exemple ? Il y a toujours des personnages chez elle mais dont le statut évolue, du classicisme de ses premiers romans (Les impudents, La vie tranquille ─ rejetés par l’auteur) à lastylisation énigmatique. Anne-Marie Stretter, Lol V. Stein, personnages au destin romanesque, s’il en est. Mais, d’Anne Desbarèdes (dont le nom semble sorti de Mauriac) à Lol. V. Stein, à Jean-Marc de H, le vice-consul de Lahore, ou Emily L., le personnage se creuse : énigme du nom, de son absence qui trahit un manque : manque à être qui appelle la folie du côté du personnage, impossibilité de dire du...
tracking img