Le papillon de francis ponge

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1979 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans Le Parti pris des choses, Francis Ponge choisit de valoriser des éléments trop prosaïques qui n’ont normalement pas droit de cité en poésie ou dépoussière des éléments par ailleurs trop poétisés pour les renvoyer à leur tour au prosaïsme. La forme du poème en prose va permettre de manière privilégiée cette poétisation du prosaïque, et inversement.
Dans ce texte, le poète s’attache àrejoindre l’essence même du papillon, trop idéalisé jusqu’alors en poésie. Mais comment fait-il de ce texte le manifeste même de tout son art ? Comment parvient-il à faire du papillon la métaphore même de la poésie nouvelle, désaffublée de son vieux manteau et volant au plus près des choses ?

I – « Désaffubler la poésie… »

A – Rejet des poncifs poétiques et du symbolisme traditionnelEn premier lieu, Ponge rejette l’univers lyrique toujours lié au papillon. Dès le premier vers « Lorsque le sucre élaboré dans les tiges surgir au fond des fleurs », la sève, source de vie poétique et symbolique, se transforme en simple sucre collant qui salit tout : « tasses mal lavées ». De même, l’expression « par terre » inscrit le poème d’emblée dans un cadre très prosaïque : en effet, latradition veut que l’on n’évoque pas la naissance du papillon mais plutôt son « destin enchanté » comme l’évoque Lamartine (« Le Papillon » in Nouvelles méditations poétiques).
En cela, l’auteur suit une démarche plus scientifique qui s’apparente davantage à une histoire naturelle. Ainsi, nous l’avons dit, la gestation du papillon est habituellement gommée. Ici, la « chenille », cette« guenille atrophiée », évoque le processus biologique. D’ailleurs le titre même Le Parti pris des choses, suivi du nom du poème « Le Papillon » peut laisser envisager un article scientifique. Tout un lexique scientifique jalonne dès lors le texte : « ailes symétriques » (géométrie), « contagieux » (médical), « élaboré » (physiologique : s’emploie pour la « sève élaborée » c’est-à-dire produit d’unemodification), « superfétatoire » (s’emploie physiologiquement pour parler d’un fœtus en trop qui ne survivra pas). Le terme « erratique », quant à lui, connote trois fois : médicalement, puisque l’on parle de « fièvre erratique » (poussée de fièvre), géologiquement, car les « blocs erratiques » sont des fragments de roche transportés loin de leur formation d’origine, et enfin chimiquement dans lamesure où l’acide erratique est celui qui constitue la matière colorante du coquelicot. Pourtant, le tout n’a rien de scientifique de par le ton désinvolte employé dans le poème : « ou tout comme », « n’importe ».

B – Traitement parodique du sujet

Pour mieux rejeter les poncifs poétiques, Ponge parodie franchement le « papillon » en jouant sur les mots et le vocabulaire choisis.Ainsi, le vocabulaire recherche (« superfétatoire »), et la construction elle aussi recherchée (« dans le jardin » contracté « au jardin ») alterne avec des formules désinvoltes. Les termes se retrouvent systématiquement dévalorisés : « prennent leur vol » est cassé par l’expression « par terre » ; « minuscule voilier des ailes » est dévalorisé par « pétale superfétatoire » ; « flambèrent », quipourrait renvoyer à des jeux de couleurs, est mis à mal par une « allumette » très peu poétique. Notons que le poète n’emploie pas le nom poétique très attendue de « chrysalide », qui vient du grec khrusos signifiant or.
De même, un jeu sur les allusions culturelles se met subtilement en place. « Vol » et « flambèrent » constituent une allusion au Phoenix qui, lorsqu’il meurt, s’enflamme etrenaît de ses cendres en un éternel recommencement. Ici, le papillon est un anti-phœnix : il s’enflamme, brûle ses ailes et ne peut plus voler. Ridicule, il devient « allumette », objet des plus insignifiants.
Par une parodie de l’anthropomorphisme, Ponge démontre alors l’absurdité de la démarche usuelle consistant à attribuer des sentiments aux papillons. Il joue un drame en trois actes où...
tracking img