Le pardon est-il mort ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1236 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE DU TEXTE DE JANKELEVITCH

Le pardon est mort dans les camps de la mort, L’imprescriptible, texte de 1971 est publié pour maintenir jusqu’à la fin des temps le deuil des victimes de la barbarie nazie. Ce texte est une réaction à un projet de 1965 concernant la prescription des crimes de guerre. Ce projet tient à une dimension juridique qui vise à prescrire tous les crimes etdélits, passé le délai de vingt années. Le texte nous interroge sur une double dimension, l’une juridique, l’autre morale : Juridique : le crime contre l’humanité est-il un crime comme les autres ?
Morale : comment ce qui est impardonnable peut, après vingt ans, devenir pardonnable ?
La thèse développée par l’auteur est qu’un tel crime est impardonnable, imprescriptible « Lorsqu’un acte niel’essence de l’homme en tant qu’homme, la prescription qui tendrait à l’absoudre au nom de la morale, contredit elle-même  la morale » Le délai de prescription de 20 ans est posé par le droit au nom de la morale. Un individu doit pouvoir être pardonné de ses agissements dès lors qu’il a payé sa dette à la société. Selon Jankélévitch, ce principe est acceptable lorsqu’il s’agit de droit communmais ne l’est plus du tout en cas de crime contre l’humanité. C’est pourquoi, « la prescription au nom de la morale contredit la morale ». C’est ce qui est confirmé par une seconde thèse « oublier ce crime gigantesque contre l’humanité serait un nouveau crime contre le genre humain » ces deux thèses apportent les réponses aux questions soulevées : Le crime contre l’humanité n’est pas un crime commeles autres.
L’impardonnable est et doit demeurer éternellement tel.
L’objectif de l’auteur est d’apporter les arguments qui confirment cette prise de position, c’est pourquoi il use d’arguments dont l’intensité va crescendo.
1. Des arguments juridiques.
2. Des arguments ontologiques.
3. Des arguments de la temporalité.

I. LES ARGUMENTS JURIDIQUES.Le but est de cadrer et de déterminer le type de crime dont il est question. Avant tout ce crime fait exploser les cadres juridiques classiques : - C’est un crime international, c’est un crime différent du fait divers et c’est un crime exceptionnel. Ces trois arguments montrent que le crime contre l’humanité ne peut pas être compris comme le crime de droit commun. Il impose lacréation d’un droit spécifique qui pourrait fournir les cadres aux jugements de tels faits (la cour pénale internationale est fondée à le faire). Pourquoi le crime contre l’humanité échappe aux règles du droit commun ?
Le crime est en général circonstancié et limité à un nombre restreint d’individus, c’est un fait divers. Ici c’est une affaire de nations, l’Allemagne en tant que nation doitprendre en charge la totalité des fautes et ne doit pas se sentir atteinte dans son intégrité et dans sa souveraineté. De fait le crime contre l’humanité ne peut être soumis au critère de la souveraineté, ce n’est pas parce qu’une nation est souveraine qu’elle peut légalement et légitimement produire de telles exactions, c’est pourquoi le crime contre l’humanité engage l’ensemble des nations « lesallemands n’ont pas à nous reprocher notre immixion dans leurs affaires. Ce ne sont pas leurs affaires (…), l’Allemagne est bien plutôt le seul pays qui n’ait pas à se mêler de cette question ».

II. LES ARGUMENTS ONTOLOGIQUES

Le crime contre l’humanité possède plusieurs caractéristiques, c’est un crime contre l’essence humaine ou hominité, c’est un crime contre l’ipséité, c’estun crime métaphysique.
Type de crime qui s’attaque à ce qu’est l’homme non pas en tant que tel ou tel individu déterminé, mais simplement en tant qu’homme existant. Dans ce type de crime, les hommes dénient à d’autres hommes le droit d’exister « les crimes racistes (…) adversaire logique ». Ces crimes sont sans fondement valable, comment et au nom de quel critère se permet-on de...
tracking img