Le paresseux commentaire composé

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (794 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé :

LE PARESSEUX de Marc-Antoine Girard de Saint-Amant

Saint- Amant (1594- 1661) est un écrivain libertin français du XVIIème siècle original, fantasque et capricieux. Sesoeuvres sont centrées sur la critique de la préciosité, courant littéraire de la première moitié du XVIIème qui repose sur la volonté de se distinguer par la pureté du langage, par l’élégance de latenue et par la dignité des moeurs. C’est un poète hétérodoxe qui à travers ses ouvrages inaugure le style burlesque. Le paresseux est un de ses plus grands succès, tiré du recueil des Oeuvres poétiques(1631). Ce sonnet, dédié à son ami Baudoin, caractérise énormément le style et la mentalité de Saint- Amant et fait un grand éloge de la paresse. Nous y étudierons alors tout d’abord la part du lyrismequi est un attribut incontournable de la poésie, puis nous nous intéresserons à la partie humoristique du poème et enfin nous regarderons comment Saint- Amant réussi à rejeter et à se moquer de lapréciosité à travers ces quelques vers.

Le lyrisme est une expression musicale des sentiments du poète. Dans ce sonnet on retrouve beaucoup d’élément qui caractérisent le style lyrique.L’utilisation de la première personne en est une marque évidente : « je rêve », « je consacre », « je trouve », « mon âme », « ma bedaine »...etc. On retrouve une forte musicalité à travers les rimes du sonnet. Ons’aperçoit alors de la place des sentiments dans ce sonnet. On voit une énumération de différents sentiments comme la « mélancolie », le « plaisir », la haine « Et hais tant », la « paresse », l’«oisiveté ». On est confronté dans la dernière strophe à une connotation affective : « cher Baudoin » et une répétition : « si doux et si charmant » qui renforcent encore plus les sentiments du poète. Onpeut relever ensuite plusieurs adjectifs mélioratifs tels « doux », « charmant »... Enfin si on regarde plus largement la structure du sonnet on s’aperçoit que sa brièveté met en valeur...