Le partage de la valeur ajoutée

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1989 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
dissertation d’économie
Laura 01 /02 /10
TES 2

Sujet : En quoi le partage de la valeur ajoutée influe-t-il sur l’investissement ?

Le partage de la valeur ajoutée est constitué par la répartition de la valeur ajoutée produite entre les facteurs de production (travail et capital). La valeur ajoutée correspond à la valeur de la production à laquelle on a déduit le coût desconsommations intermédiaires. Elle mesure les richesses qui ont été produites au cours d'un cycle de production. Les différents facteurs de production sont les rémunérations salariales (salaires nets et charges sociales), soit la rémunération du facteur travail ; et l'excédent brut d'exploitation (profits), c’est-à-dire la rémunération du facteur capital. Les parts respectives des deux termes (salaires,profits) évoluent chacune au détriment des autres. En outre, ces parts sont, a priori, arbitraires et variables : c'est ce qui fait le fond de la question du partage de la valeur ajoutée. Or cette répartition influe sur les plans de production des entrepreneurs et notamment sur leur investissement. Nous allons donc voir en quoi la répartition de la valeur ajoutée influe-t-il sur l’investissement et quels en sont les blocages ? Nous verrons dans un premier temps les effets positifs sur l’investissement du partage de la valeur ajoutée, tout d’abord avec la stimulation des profits puis avec les salaires. Dans un deuxième temps, nous verrons les effets négatifs et pas toujours automatiques de ce partage en s’intéressant d’abord sur les profits et ensuite sur les salaires.

I. Lepartage de la valeur ajoutée : les effets positifs sur l’investissement.
Nous traiterons en premier lieu l’influence de la stimulation des profits sur l’investissement et en deuxième lieu celle des salaires.
A. La part des profits
La stimulation des profits peut avoir un effet positif sur l’investissement, comme en témoigne la célèbre phrase du chancelier allemand E. Schmidt d’inspirationnéo-classique : « Les profits d’aujourd’hui sont les investissement de demain. ». En effet, le profit permet le financement de l’investissement par l’épargne car l’investissement a besoin de moyens financiers. Il existe plusieurs moyens de financement : le financement interne, c’est-à-dire l’autofinancement (les entreprises utilisent les bénéfices produits) et le   financement externe, soit directsur les marchés financiers (la Bourse : les émission d’actions et d’obligations par les entreprises) ou soit indirect par des intermédiaires financiers (les banques font des crédits et les entreprises peuvent emprunter). On constate une relation en étudiant la corrélation entre le taux de profit (ou taux de marge) avec l’autofinancement et l’investissement. En effet, on observe une corrélationforte entre taux de marge et taux d’autofinancement (part de la FBCF financée par l’épargne brute). Par exemple en Allemagne le taux de marge subit une augmentation d’environ 5,4 % entre 1999 et 2007, et durant la même période on constate une hausse du taux d’autofinancement d’environ 46%.
Nous avons donc vu les avantages de la répartition de la valeur ajoutée avec la stimulation des profits, nousallons donc voir maintenant l’influence des salaires sur l’investissement.
B. la part des salariés
Connaître la richesse effectivement créée dans l'entreprise grâce aux facteurs de production (capital et travail) utilisés est très important : pour l'entreprise et sa direction qui peuvent ensuite faire des choix et prendre des décisions pour l'avenir, pour l'ensemble des acteurs dansl'entreprise (en particulier les salariés, mais aussi les actionnaires, par exemple, ou les banquiers) car quand on produit des richesses, on doit ensuite se les répartir. Or selon Keynes (au niveau macroéconomique), le salaire représente un revenu pour les salariés et ce revenu est utilisé pour consommer ce qui engendre une augmentation de la demande sur le marché des biens. Cette hausse de la demande...