Le partenariat euro- méditerranéen

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4193 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I. Le partenariat euro- Méditerranéen cadre des relations entre l UE et les pays méditerranéen.

A) La construction du partenariat euro- Méditerranéen
a. Le processus de Barcelone, un projet fondateur mais ambitieux.
b. les accords euro-méditerranéens d'association.

B) Le bilan du partenariat euro- Méditerranéen
a. Quelques avances nonnégligeables.
b. Les limites du partenariat euro- Méditerranéen.

II. Union pour la méditerranée

A) La consécration de l’Union pour la Méditerranée.

a. Union pour la Méditerranée : rupture ou continuité de Barcelone.

b. La mise en place de projets régionaux concrets et ambitieux.

B) Les conditions du succès de l’Union pour laMéditerranée.

a.Créer un climat de confiance.

b. Définir une méthode efficace pour la mise en œuvre.

La Communauté européenne entretient, depuis l'origine, des relations étroites avec les pays du bassin méditerranéen.

Depuis les années 1960, les relations euro-méditerranéennes sont organisées dans le cadre d’accords,
renouvelés à quatre reprises.

Dans les années 60, lespremiers accords conclus avec le Maroc et la Tunisie étaient des accords
bilatéraux préférentiels de nature commerciale

Les accords des années 70 s’inscrivent dans le cadre de la mise en place de la politique globale
méditerranéenne.
Ils concernaient les trois pays du Maghreb central, les pays du Machrek, Israël
ainsi que les pays du sud de l’Europe. Ces accords de coopération reprenaientles accords
commerciaux des années 60 et s’ouvraient sur des volets techniques et financiers.

Dans les années 80, la CEE met en place une politique méditerranéenne rénovée. Cette
« rénovation » concerne principalement des questions politiques : paix, sécurité, droits de l’Homme,
démocratie.

En 1995, l’Europe organise à Barcelone une grande conférence euro-méditerranéenne en vue dedéfinir une politique qui assurerait la paix, la stabilité, la sécurité et le développement social. L’Union
européenne met alors en place de nouveaux accords d’association qui couvrent trois volets : le
dialogue politique et de sécurité, les relations économiques et la coopération dans les affaires
sociales, culturelles et humaines.

Ces Accords prévoient des clauses traitant les principesfondamentaux comme le respect des droits de
l'Homme, le dialogue politique, la libre circulation des marchandises, la coopération économique, la
coopération dans les affaires économiques et sociales, la coopération financière et les dispositions
institutionnelles.

A terme, les accords d’association visent à créer entre les PTM et l’UE une zone de libre-échange
méditerranéenne (ZLEM) de manièreprogressive. La ZLEM prévoit l’élimination des barrières douanières et toute entrave à la circulation des marchandises entre les pays de l’Union européenne et les pays du Sud -Est méditerranéen. Seuls l’agriculture et les services sont provisoirement maintenus à l’écart du processus de libéralisation progressive. L’objectif est d’aboutir à cette ZLEM en 2010, ce qui suppose
que soient levésles obstacles à la libre circulation des capitaux et à l’investissement étranger.

L'objectif général du partenariat Euro-méditerranéen est d'établir une coopération
politique, économique et sociale entre l'UE et les pays méditerranéens. Les partenaires ont
convenu d'une stratégie visant à créer une zone de paix, de stabilité et de prospérité
partagée par l'établissement progressif dulibre-échange entre l'UE et ses partenaires
méditerranéens et entre les partenaires eux-mêmes.

La construction des relations euro-méditerranéennes s’est faite en deux temps : le Processus
de Barcelone et l’Union pour la Méditerrané.
Le président français Nicolas Sarkozy a proposé quelques mois après son élection la création d’une « Union méditerranéenne » (UM), rebaptisée par la suite «...