Le parti pris des choses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1699 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le parti pris des choses
1) Présentation
Voici la raison de l’écriture de ce recueil : « Après une certaine crise que j’ai traversée, il me fallait (parce que je ne suis pas homme à me laisser abattre) retrouver la parole, fonder mon dictionnaire. J’ai choisi le parti pris des choses ». Ce recueil est donc à voir comme un réflexe de survie, un « exercice de rééducation verbale», de « respiration artificielle » : c’est redonner à une existence et à une écriture qui tournaient dans le vide une nouvelle raison d’être.
2) Résumé
Les «choses» (au sens large) dont Francis Ponge s’efforce de rendre compte dans ce recueil sont toutes tirées d’une réalité très commune et peuvent être classées en plusieurs catégories. Parmi elles on trouve quelques espèces de la faunela plus courante («la Crevette», «le Papillon», «Escargots», «l’Huître», «Notes pour un coquillage»), des minéraux («le Galet»), des objets fabriqués par l’homme («le Cageot», «la Bougie»), des comestibles («le Pain» «l’Orange»), des phénomènes naturels («Pluie», «le Cycle des saisons») mais aussi des lieux familiers («le Restaurant Lemeunier rue de la Chaussée-d’Antin», «les Trois Boutiques»,«R.C. Seine n°») ou des attitudes humaines caractéristiques («la Jeune Mère», «le Gymnaste»). L’écrivain s’efforce de décrire chacune de ces «choses» de telle manière qu’il parvienne à établir entre celle-ci et sa propre activité une analogie, un point de contact.

Les textes clos du Parti pris des choses s'apparentent à des fables : après une « définition-description », le poète tire, de larencontre entre l'objet et les mots de l'objet, une « morale » qui est aussi une leçon rhétorique. Le Parti pris des choses célèbre avec humour le monde muet auquel il « rend la parole ». Mais les « choses » de Francis Ponge sont aussi bien des objets naturels ou ordinaires, et délibérément antipoétiques, comme « la Mousse », « la Cigarette », « le Cageot », que des phénomènes physiques (le Cycle dessaisons) ou des êtres humains figés en stéréotypes (« la Jeune Mère », « le Gymnaste »). Tout ce qui est mis en regard du sujet est « objet », ou « chose ». Car les « choses » du recueil sont en trompe-l’œil : elles sont autant le texte lui-même que l'objet réel qui lui sert de « prétexte ». D'ailleurs Ponge ne se fait pas d'illusion sur la possibilité d'atteindre ce dernier (« On ne sort pas desarbres par des moyens d'arbres ») ; il s'agit seulement de « faire quelque chose », un objet verbal qui ait, dans le monde des paroles, la même densité, la même manière d'être que la chose dans le monde physique.

3) Vision d’ensemble
Pourquoi d’abord ce titre ? Il vient d’un goût de Ponge pour la beauté modeste, non reconnue, notamment dans les choses : « Je m’aperçois d’une chose : aufond, ce que j’aime et qui me touche, c’est la beauté non reconnue, c’est la faiblesse d’argument, c’est la modestie. Ceux qui n’ont pas la parole, c’est à ceux-là que je veux la donner […] glorifier les puissants m’intéresse moins que glorifier les humbles. Les humbles : le galet, l’ouvrier, la crevette, le tronc d’arbre et tout le monde inanimé, tout ce qui ne parle pas ». Une parenté entreengagement politique et engagement poétique se fait alors. Les choses ont une réelle emprise, notamment sur lui, et le monde sensible importe donc beaucoup. De ce fait, Ponge se situe dans l’adhésion au monde, dans un besoin de retrouver un monde simple, immédiat. Les choses également un moyen de dépasser le désespoir. D’un côté, il y a le monde des idées, des absolus, de l’autre le monde des chosescomme thérapie contre la métaphysique et le désespoir : « Que fait un homme qui arrive au bord du précipice et qui a le vertige ? Instinctivement il regarde au plus près. Le parti pris des choses, c’est aussi cela. On regarde très attentivement le caillou pour ne pas voir le reste » (Méthodes). L’origine de l’écriture est donc une expérience sensible et affective, qu’il tente de retrouver (choc...
tracking img