Le pere goriot, balzac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1203 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Père Goriot, Honoré de Balzac

En 1835, Honoré de Balzac, grand auteur réaliste, écrit Le Père Goriot. Il y retrace l'histoire d'un homme qui, par adoration pour ses filles, sacrifiera tout pour ces dernières; Anastasie de Restaud et Delphine de Nucingen. Dans l'extrait que nous étudions, Balzac nous relate l'enterrement de cet homme. Pourquoi l'auteur met-il ici en avant lemanque d'argent, omniprésent durant la description des funérailles ? Nous analyserons tout d'abord l'aspect réaliste du texte, puis nous observerons son aspect symbolique.



Dans ce passage du Père Goriot, qui raconte la mise en terre du personnage éponyme, on peut retrouver diverses marques du réalisme. Tout d'abord, l'on voit que, tout au long de l'extrait, le narrateurest externe et le point de vue, omniscient (il n'est par exemple pas fait usage de la première personne lors de la narration, cependant le narrateur semble tout voir). Le discours est direct (« Oui, Monsieur Eugène, dit Christophe, c'était un brave et honnête homme, [...]de mal » l 12 ; « Il n'y a point de suite, dit le prêtre, [...] et demie » l22; « A nous deux maintenant ! » l 48), la narrationest à l'imparfait ou au présent intemporel, et le langage est soutenu. Le registre usité est tragique : on peut retrouver le champ lexical du funéraire (« cercueil », « enterrement » ..), et diverses figures de style comme une métaphore («sur cette ruche bourdonnante un regard qui semblait par avance en pomper le miel » l 47), une antithèse (« deux voitures armoriées, mais vides » l 25 ) et uneamplification (lorsque l'auteur nous parle des larmes de Rastignac, lignes 37 à 40). La solitude de Goriot et sa mort marquent le dénouement malheureux de l'histoire.
En effet, Balzac suit scrupuleusement le déroulement de l'enterrement : il parle de la levée du corps, du convoi, de l'office funèbre et de l'enterrement à proprement parler. Il a choisi un vocabulaire réaliste etapproprié (appartenant au champ lexical de l'enterrement, comme « bière », « cercueil », « fossoyeurs » ou « char ») et précise les titres des psaumes chantés par les religieux (le « Libera » et le « De Profundis »). Le texte présent est descriptif : on trouve des indications spatiales (« Saint-Etienne-du-Mont, [...] la rue Neuve-Sainte-Geneviève. » l 3; « jusqu'au Père Lachaise » l 27, ...) mais aussides adjectifs, notamment de l'aspect visuel (« petite chapelle basse et sombre » l 5 ; « voitures armoriées, mais vides » l 25 ; « Paris tortueusement couché » l 43, ...). L'auteur met en avant le mécanisme et la formalité de la scène par les marqueurs temporels (« le service dura vingt minutes » l 19 ; « il est cinq heures et demie » l 23 ; « A six heures, ... » l 27, ...), l'adverbe « aussitôt »(l 29), le départ rapide des gens ... La durée variable des différentes étapes des obsèques donne un sentiment de précipitation.

Dans ce passage, Balzac nous relate certes la fin misérable d'un homme, mais il formule également certaines critiques. Il blâme l'Eglise, tout d'abord, lorsqu'il dit « dans une époque où la religion n'est pas assez riche pour prier gratis » (l 17). Ici,il critique cette Eglise qui demande de l'argent pour un office de funérailles : cela inclue que les pauvres n'ont pas droit à une fin décente. Il réprouve cette idée, d'autant que l'on a longtemps reproché à l'Eglise d'être trop riche, et que celle-ci, depuis le XI e siècle, ne doit plus « rechercher l'argent » (Réforme Grégorienne, 1099). Cette remarque insinue qu'il ne faut jamais rien attendrede désintéressé et de gratuit de la part de l'Eglise. Il faut également savoir que la tombe d'un homme est représentative de son statut social : par exemple, un homme fortuné choisira pour lui même une demeure d'éternité plus fastueuse que celle d'un pauvre. Balzac formule ses accusations à l'encontre de la société, ensuite, par l'opposition qu'il fait entre « voitures » et « vides » (l 25) :...
tracking img