Le personnage de caesonia dans caligula, camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2640 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le personnage de Caesonia

Albert Camus explique avoir laissé le thème de l’amour telle une pierre d’attente qui subira un traitement ample et ambitieux plus tard : « J’avais un plan précis quand j’ai commencé mon œuvre : je voulais d’abord exprimer la négation. Sous trois formes. Romanesque : ce fut L’Etranger. Dramatique : Caligula, Le Malentendu. Idéologique : Le Mythe de Sisyphe. […]J’entrevoyais déjà une troisième couche autour du thème de l’amour. » Dans Caligula, le personnage de Caesonia évoque en large partie ce thème abandonné et toute la négation qui y porte Camus dans l’absurde.
Milonia Caesonia était la quatrième et dernière femme de l’empereur romain Caius Caligula. Lorsqu’il l’a épousé, elle était déjà la mère de trois filles et ne possédait ni beauté, ni jeunesse. Peuest écrit sur elle, mais Suétone la décrit comme une femme d’une haute extravagance et libertinage que Caligula aimait passionnément et fidèlement malgré ça (ou peut-être à cause de ça). Des historiens disent même que leur affaire avait commencé avant leur mariage et que donc, Caesonia était enceinte lors des cérémonies. Certains vont jusqu’à dire qu’elle aurait accouché le jour-même du mariage. Lepoète latin Juvénal suggère que Caligula est devenu fou suite à une potion d’amour que Caesonia l’aurait fait boire. Il a peut-être trouvé une raison rationnelle pour quelque chose qu’il n’aurait pas pu expliquer, quelque chose qui est au-delà de la raison, comme leur passion exclusive. Suétone décrit les habitudes étranges du couple – Caligula aurait fait défilé Caesonia devant ses armées et nuedevant ses amis les plus proches. Parfois, ironique, il aurait même menacé de la torturer ou de la tuer. La grande passion a toujours des points communs avec la destruction et l’autodestruction – elle est terrestre et charnelle. Mais, à l’assassinat de son mari, Caesonia aurait volontiers posé sa tête en-dessous du coteau et demandé la mort. Pour elle, le sens de la vie correspondait à l’amour.Une fois l’aimé est décédé plus rien n’a de sens. Leur fille, nommée après la sœur favorite de Caligula, Julia Drusilla, n’a que deux ans lorsqu’elle assiste à ca massacre et est assassinée à son tour. La Caesonia de Camus est la maitresse de Caligula, une femme mûre, à la frontière entre jeunesse et vieillesse, mais fidèle et toujours belle, désirée.
Dans une première partie, nous verrons le rôleet la signification du personnage de Caesonia. Dans une deuxième partie, nous verrons sa relation avec Caligula et les effets qui s’en suivent sur elle. Dans la dernière partie, nous verrons la perception de l’amour dans Caligula et les relations des trois personnages qui l’incarnent : Drusilla, Caligula et Caesonia.

Hélène Cixous (féministe, écrivaine) écrit : « La féminité dans l’écriture jela sens d’abord passer par : un privilège de la voix. » (Sorties). Caesonia est présente, parle haut et fort dans toute la pièce, assiste aux discussions des hommes. Elle est le seul personnage féminin est donc occupe une place bien importante. Caesonia a une double-voix d’amante (Caligula : « … pourquoi tu es là : pour toutes ces nuits où le plaisir était aigu » Acte VI, scène XIII) et de mère(Caesonia : « Etends-toi près de moi. Mets ta tête sur mes genoux. Tu es bien. » Acte IV, scène XIII), mais sa voix est celle de l’amour, l’amour classique féminin – la mère et la femme en un. Elle tient tête à Caligula jusqu’à ce que celui-ci la fasse taire à jamais. Caesonia est même considérée comme l’être féminin que Camus porte en lui et à qui il a laissé libre cours pour la première fois.Comme tous les hommes, Camus expriment son « anima » (la représentation féminine au sein de l'imaginaire de l'homme) et son complexe d’Œdipe dans ses personnages féminins.
Alors que Les Justes (1950) constitue peut-être la pièce la plus classique et présente l’image la plus mûre de la femme, Caligula (1944) est celle où la présence de la compagne se confond encore avec l’image de la femme mère –...
tracking img