Le personnage de roman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3358 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
"Un personnage de roman est simplifié et construit », note André Maurois qui explique ensuite « On peut le comprendre. Dans la vie réelle, les êtres vivants sont des énigmes dangereuses". Il y aurait donc une différence mais aussi un lien entre personnages et personnes, les premiers permettant de comprendre les seconds. En nous appuyant sur le corpus de textes ainsi que sur nos connaissancespersonnelles, nous étudierons en quoi le roman et ses personnages construisent une vision de l’homme et du monde. En effet, à travers ce projet d’étude, nous répondrons à la question décisive : pourquoi un personnage de roman devrait-il être assimilé à une personne ?
Pour cela, dans un premier temps, nous nous attarderons sur les moyens mis en œuvre par le narrateur, afin d’assimiler une personne àun personnage. Par la suite, nous déterminerons l’intérêt de ce rapprochement qu’il constitue.

***


Tout d’abord, nous observons qu’à travers son roman, le conteur entreprend un parallèle entre son ou ses personnage(s) et une personne réelle. Ce faisant, il utilise des procédés spécifiques pour favoriser la compréhension du lecteur.

Dans un premier temps, nous remarquons que lepersonnage de roman est caractérisé de manière particulièrement suggestive, ce qui le alimente l’illusion d’avoir affaire à une personne. Effectivement, la volonté est affirmée dès le début du roman, lors des présentations (ou situation initiale), où le narrateur insiste sur l’identité physique, sociale, psychologique et morale de ses personnages. Dans le prolongement de cette idée, en découvrant desrécits romanesques, le lecteur note la présence systématique de noms accordés aux personnages. Eugénie Grandet de Balzac, est d’ailleurs un parfait exemple. En effet, dès le troisième mot du récit, le nom du personnage principal est dévoilé : Grandet. Par ailleurs, celui-ci est décrit longuement et en détail, comme nous le montre cette accumulation suivante « homme de cinq pieds, trapu, carré,ayant des mollets des douze pouces de circonférence, ces rotules noueuses et de larges épaules ; son visage était rond, tanné, marqué de petite vérole, son menton était droit, ses lèvres n’offraient aucune sinuosité… ». Dans la continuité, Balzac a recours à d’autres figures de style évocatrices, telle qu’une antithèse « expression calme et dévoratrice », ou encore un paradoxe « finesse dangereuse». De surcroît, dans l’intention d’équilibrer le réel et le fictif, Balzac introduit dans son discours descriptif, du champ lexical de l’imaginaire, du féerique comme nous le prouvent les expressions suivantes : « blanc et or », « caractère de bronze », ou encore « basilic ». Toutes ces options méthodologiques renvoient donc, chez le lecteur une image précise appartenant à la fois au monde réel etd’autre part, à un monde fondé sur des illusions.
Dans un deuxième temps, il est important de souligner les procédés pour rapprocher ses personnages de figures humaines vivantes. Tout d’abord, attardons nous sur le point de vue généralement employé. Effectivement, il est intéressant de retenir que le narrateur, décide d’utiliser une des trois focalisations romanesques : le point de vue externe, quine pénètre pas les penses des personnages, la focalisation interne qui se confond avec le point de vue de l’un d’entre eux et la focalisation zéro qui permet d’entrer dans les pensées de plusieurs personnages, comme le ferait Dieu. Or, des trois points de vue, ce sont surtout les focalisations interne et zéro qui traitent le personnage en personne humaine puisqu’on entre dans ses émotions et dansses pensées. C’est bien là, le propre des êtres humains. Ainsi, dans Le dernier jour d’un condamné, Victor Hugo opte pour la focalisation interne et il réussit, ainsi, à faire entendre la voix angoissée de son personnage dans les dernières heures qui précèdent son exécution. La focalisation interne humanise son personnage qui devient une personne pour le lecteur. Pour le conteur, les...
tracking img