Le pib est-il un bon indicateur de richesse ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1223 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Aujourd’hui, le Produit Intérieur Brut est le principal agrégat de la Comptabilité Nationale et son utilisation ne semble pas être remise en cause. Pourtant, la richesse est bien évidemment mesurée en fonction des résultats économiques, mais elle se doit aussi d’inclure une dimension sociale trop souvent oubliée. Par conséquent, jusqu’où le PIB peut-il être pris en considération pour qu’ilconserve sa véritable valeur ?
Après avoir expliqué comment les statisticiens s’y prennent pour mesurer la croissance et le développement et l’utilité de leurs calculs, nous en montrerons les insuffisances.

Tout d’abord, le PIB est un indicateur de richesse économique qui mesure la richesse créée. Agrégat qui mesure la valeur des biens et services produits par les unités résidentes au cours d’uneannée, l’INSEE le calcul en faisant la somme des valeurs ajoutées. Le PIB prend en compte des productions qui ont utilisé un facteur travail, il est donc une source d’emploi (doc 3). Il existe trois modes de calcul du PIB : la somme des valeurs ajoutées, mais aussi l’évaluation par la demande et par les revenus.
Mais deux problèmes se posent alors. Tout d’abord vient le problème des comparaisonsdans le temps. Pour mesurer la variation réelle de la richesse d’un pays, comparer deux PIB en valeur est insuffisant puisque dans l’intervalle de temps, le prix des biens et services produits peut avoir augmenté ou diminué. L’INSEE calcule donc un PIB en volume qui mesure l’augmentation des quantités produites et annule donc les effets de l’inflation. (doc 5). Ensuite, il y a le problème descomparaisons dans l’espace. Pour comparer deux pays, on utilise le PIB par habitant exprimé en dollars courants. Cette méthode n’est pas satisfaisante puisque les taux de change fluctuent considérablement. D’autre part, les prix varient plus ou moins fortement selon les pays. C’est la raison pour laquelle on calcule désormais le PIB à parité de pouvoir d’achat. On multiplie le PIB calculé aux prixnationaux par un taux de change fictif qui rend équivalent le prix d’un panier de marchandises dans chaque pays.
Enfin, le PIB est un indicateur pertinent puisqu’il comptabilise la production marchande et la production non marchande. La production marchande est calculée en fonction du PIB marchand, c’est-à-dire la somme des valeurs ajoutées des unités résidentes auxquelles on ajoute la TVA et lesdroits de douane. Pour mesurer la production non marchande, on utilise le PIB non marchand, mais celle-ci n’ayant pas de prix, par convention, on l’évalue au coût des facteurs de production.
D’autre part, le PIB est un indicateur de mesure des revenus perçus. En effet, la valeur ajoutée est répartie entre les salariés, le profit et l’Etat. Durant la première étape de la répartition, la massesalariale est rémunérée et l’Etat perçoit les impôts liés à la production. Ensuite, l’unité résidente, après avoir payés ses loyers, ses actionnaires, remboursé ses dettes, etc, se retrouve avec le profit brut auquel elle retire finalement l’impôt sur le bénéfice qui revient à l’Etat.
La part de revenus qui revient aux salariés permet alors aux ménages de satisfaire leurs besoins et donc d’accroîtreleur bien-être. En outre, cela entraîne une diversification des produits et les ménages peuvent donc se satisfaire en équipement ménager, au niveau des loisirs, etc, tous ces éléments améliorant la qualité de vie.
La part de la valeur ajoutée qui revient au profit permet, elle, l’investissement et la création d’emploi. En effet, le PIB et l’emploi suivent une évolution assez parallèle (doc 5).En outre, un PIB élevé signifie plus de revenus pour l’Etat et donc une amélioration des services non marchands, ce qui entraîne en filigrane une amélioration du bien-être. L’Etat va donc augmenter les dépenses publiques ; il va par exemple utiliser plus d’argent dans le domaine de l’éducation, ce qui peut déboucher sur l’embauche de nouveaux professeurs, la construction de nouveaux lycées ou...
tracking img