Le plan conquetes 2015 de france télécom suite à la crise sociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1145 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Stéphane Richard, patron de l'opérateur, a donc dévoilé sa feuille de route pour les 5 prochaines années. Il vise près de 100 millions de clients supplémentaires et annonce 10 000 recrutements.
Depuis son arrivée à la tète de France Télécom, Stéphane Richard était resté flou sur la stratégie à moyen terme de l'opérateur. Il faut dire que la crise sociale qui agite le géant était sa prioriténuméro un.
Cette fois, le successeur de Didier Lombard a décidé de dévoiler sa feuille de route, baptisée 'Conquête 2015'. Elle s'articule autour de 4 axes qui néanmoins n'apportent pas beaucoup de nouveauté....
Evidemment, le social arrive en tête de ces priorités. Après la vague de suicides qui a frappé l'opérateur et un rapport accablant pour la direction et les méthodes de management, FranceTélécom souligne que "la première conquête, ce sont les femmes et les hommes d'Orange".
L’entreprise s’engage ainsi "à être un groupe où il fait bon travailler grâce à une nouvelle vision des Ressources Humaines, un nouveau style de management et des valeurs communes". "Les systèmes d’information, qui s’étaient beaucoup complexifiés au fil des années, seront largement simplifiés, jusqu’à la refontetotale de certaines parties".
Concrètement, "l’ensemble des mesures prévues dans le nouveau contrat social en France représentant une enveloppe de 900 millions d’euros sur cette même période, hors économies attendues sur le programme TPS (temps partiel seniors) et départs naturels".
Dans un  entretien publié lundi par "Le Parisien", Stéphane Richard promet ainsi de "remettre l'humain", au coeur dela politique du groupe. "Ce nouveau projet doit redonner aux 180.000 hommes et femmes du groupe dans le monde ce souffle, cette envie d'aller de l'avant", déclare-t-il.
"En réponse à cette morosité ambiante, il était essentiel qu'on propose un projet qui leur redonne le goût du challenge et la fierté d'appartenir à France Télécom", ajoute-t-il.
Et de rappeler les sept accords déjà signés avecles syndicats et les engagements pris par la direction en mars dernier: créations de postes, accompagnement et suivi renforcé des salariés en difficulté, réfection de locaux ou encore mesures de mobilité uniquement sur la base du volontariat.
Coté recrutements, "pour faire face à son défi démographique, le Groupe prévoit de recruter 10 000 salariés sur la période 2010-2012". "En 2010, nousstabilisons les effectifs. C'est la première fois depuis quinze ans qu'ils ne baissent pas. On va procéder à 3.500 recrutements pour compenser les départs.
Désormais, nous voulons plutôt réfléchir en termes de nombre de recrutements plutôt qu'en termes de niveau d'effectifs", souligne-t-il.
Suite à l'annonce de ce plan, le syndicat CFE-GCC évoque "une bonne nouvelle, même si les embauches annoncéessuffiront à peine à compenser les départs naturels".
Deuxième axe de ce plan, la conquête des réseaux qui "passe par un accroissement de la couverture et du débit, fixe comme mobile, dans les pays matures comme dans les pays émergents".
Orange rappelle ainsi que d’ici 2015, il investira 2 milliards d’euros dans le déploiement de la fibre optique en France, (40% des foyers). Il se dit prêt à lancerle LTE "dès que la réglementation le permettra" (les licences seront attribuées à l'été 2012, NDLR). Rien de nouveau à l'horizon donc.
L'opérateur investira également dans la monétisation du trafic de données sur les mobiles ou le déploiement de réseaux « verts », comme le programme Oryx d’antennes de téléphonie mobile fonctionnant à l’énergie solaire en Afrique.
En réponse à cet axe, Orangeentend donner un coup de fouet à sa conquête de clients et vise 300 millions d'abonnés en 2015 contre moins de 200 millions en 2010. "Donc que 5% de l'humanité soient clients d'Orange", a déclaré modestement Stéphane Richard.
Cette ambition passera par un fort développement à l'international, sur la base d’une politique d’acquisition inchangée dans laquelle aucune opération « transformante »...
tracking img