Le plan maroc vert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1722 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’économie chinoise : le chemin est encore long
Ken Davies, Direction des affaires financières, fiscales et des entreprises, OCDE
Centre de politique et d'administration fiscales

|
|
L’économie chinoise a beaucoup progressé depuis un quart de siècle. Il y a toutefois encore beaucoup à faire pour assurer le maintien d’une croissance rapide, et notamment de nouvelles mesures à prendrepour instaurer un climat propice à l’investissement étranger.
La Chine est considérée par beaucoup, et à juste titre, comme l’une des plus grandes réussites économiques de ces 20 dernières années. Le pays est passé d’un système économique fondé sur l’autarcie et la planification centrale à un système de plus en plus apparenté à une économie de marché, ouvert aux échanges et à l’investissementinternational, tout en maintenant la règle du parti unique. La croissance économique s’est accélérée, et la Chine est devenue l’une des premières puissances commerciales du monde, puisqu’elle se classe au sixième rang en ce qui concerne les échanges, exportations et importations combinées, et qu’elle est l’un des plus importants bénéficiaires d’investissement direct étranger (IDE). Le niveau de vies’est nettement amélioré et les biens de consommation courants des pays de l’OCDE sont désormais également en circulation dans les villes chinoises.
La performance du pays a été si impressionnante sur divers fronts – PIB en valeur absolue, taux de croissance du PIB réel, résultats à l’exportation, accumulation de réserves de change, réduction de la pauvreté – que plusieurs économistes n’ont pashésité à dire que la Chine pourrait prochainement s’imposer comme la première économie mondiale. Mais la vraie réussite du pays réside dans sa transformation économique alors qu’il faisait partie, il y a une génération encore, des pays les plus pauvres et les plus isolés du monde.
L’IDE a sans conteste joué un rôle déterminant dans cette transformation. Avant 1978, l’investissement étranger étaitindésirable, à quelques exceptions près, comme par exemple l’aide soviétique dans les années 1950. Les investisseurs étrangers étaient considérés avec suspicion et hostilité par les responsables. Les multinationales évitaient la Chine pour cette raison, mais aussi faute de pouvoir compter sur un cadre juridique solide apte à favoriser l’investissement étranger, sans parler du sous développement du marchéintérieur. Les revenus étaient alors faibles et 80 % de la population vivaient dans les communes rurales et touchaient un revenu qui leur était essentiellement versé en nature.
Avec la politique « porte ouverte » engagée en 1978, la Chine a commencé à accueillir les investisseurs étrangers en nombre sans cesse croissant, mettant à leur disposition une infrastructure matérielle etinstitutionnelle et leur offrant des incitations fiscales. En les attirant bien sûr aussi par la perspective d’un marché émergent potentiellement énorme.
La politique et la législation relatives à l’investissement étranger ont été progressivement libéralisées. La dernière vague de mesures de libéralisation a résulté de l’accession de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) fin 2001, laquelle aabouti à un processus d’ouverture des principaux secteurs de services à l’investissement étranger à l’horizon 2006.
Les entrées d’IDE sont passées de US$916 millions d’investissements effectifs par an en 1983 à US$3 487 millions en 1990. Elles ont ensuite connu une rapide accélération au milieu des années 1990 avant de se stabiliser en 2000. La Chine est devenue en 2002 le premier bénéficiaire d’IDEdans le monde, puisqu’elle reçoit près de US$53 milliards (voir L’Observateur de l’OCDE N° 237).
Ces progrès sont louables, surtout si l’on considère les antécédents économiques de la Chine ou l’évolution d’autres pays en développement de taille et de niveau de développement comparables. Toutefois, l’élan d’euphorie qui conduit certains observateurs, depuis quelques années, à faire de la...
tracking img