Le pluralisme religieux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1438 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Oral de Christologie 18 juin 2010

Comment rendre compte de l’Unicité et de l’Universalité de Jésus-Christ face au pluralisme religieux ?

Le pluralisme religieux qui caractérise notre monde(mondialisation ; brassage des populations) rend nécessaire le dialogue interreligieux comme recherche d’uneconnaissance réciproque. Ce dialogue n’est pas de nature seulement anthropologique, mais aussi théologique : au cours des âges, Dieu continue d’offrir le salut à l’humanité.
« L’Eglise est appelée à collaborer au plan de Dieu par ses méthodes de présence, respect et amour pour tous les hommes » J. P. II.
Cette question du rapport à la foi chrétienne avec les autres religions existe depuislongtemps même à l’origine des premières communautés chrétiennes. Il est certain que cette problématique a pris une nouvelle ampleur depuis le concile Vatican II.

L’Eglise catholique s’y est engagée, considérant que cela fait partie de sa mission évangélisatrice.
Il est donc important de déterminer quels en sont les fondements théologiques car c’est une condition pour un dialogue fructueux.Comment l’Eglise juge- t-elle les religions du point de vue théologique ? Quelle valeur leur donne t-elle ?. les religions sont-elles des médiations pour leurs adeptes ? (document de la commission théologique internationale, le christianisme et les religions, CR3).
Peut-il et doit-il y avoir une véritable théologie des religions ? ; Quelle est alors la juste place de la théologie chrétienne ? Commentle christianisme peut-il garder son identité propre, en reconnaissant en même temps à la variété des religions du monde l’accès au mystère du salut ?
Comment alors concilier l’Unicité et l’Universalité de Jésus-Christ face au pluralisme religieux ?
Dans un premier temps, nous pouvons définir ces concepts d’unicité et d’universalité que nous confessons dans le credo « il est venu pour nous etnotre salut » en essayant de comprendre comment ils s’articulent avec les théologies des autres religions.

Dans un deuxième temps, nous examinerons les textes et les positions du magistère (congrégation de la doctrine pour la foi ; commission théologique internationale) en la matière : jusqu’où la foi chrétienne peut-elle accepter le principe et non seulement le fait du pluralisme religieux ?Cela nous conduira à analyser différentes orientations théologiques par apport aux religions non-chrétiennes et à mieux comprendre dans quel sens se poursuit l’évolution de ce dialogue tant du côté de l’Eglise catholique que des autres religions.

I- Unicité et universalité salvifique de Jésus-Christ

La question du salut pour les chrétiens et non-chrétiens reste une question fondamentale. Dansun contexte multi-culturel et multi-religieux, les chrétiens et l’Eglise catholique en particulier se doivent de manifester clairement leur identité doctrinale. En effet, la tradition chrétienne tient pour fondamental, c’est à dire comme conviction existentielle au sujet de Dieu et de l’homme, qu’en Jésus-Christ, Dieu s’est révélé eschatologiquement , définitivement, de manière irréversible dansnotre histoire. Il convient donc de bien distinguer la foi théologale (foi chrétienne comme accueil de la vérité révélée) et la croyance dans les autres religions.
L’Eglise catholique s’appuie fermement sur : les vérités de foi contenues dans le credo de Nicée-Constantinople pour affirmer sa foi en Jésus-Christ, surl’Evangile qui est plénitude de vérité (textes bibliques inspirés) , sur lesPères de l’Eglise et les déclarations du magistère:

« Je suis le chemin, la vérité et la Vie »Jn 14,6 ; « Envoyé par le Père pour annoncer la bonne nouvelle en demandant aux apôtres de faire de toutes les nations ses disciples » Mt 28,19 ; « Il n’existe de salut en aucun autre »Ac,4,12 ;

Justin, Irénée et Clément d’Alexandrie parlent des semences de la parole de Dieu parmi les nations et des...
tracking img