Le poison de beaudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1837 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le vin chez Baudelaire
Ce thème, même s'il n'est pas essentiel chez Baudelaire, revêt une certaine importance. Il est présent tout au long de la vie et de l'écriture de l'auteur des Fleurs du mal et est évoqué dans tous les genres que ce dernier a magnifiés :
• la poésie : « Le Vin » est le titre d'une section des Fleurs du mal, composée de cinq textes
o « L'Âme du vin »o « Le Vin des chiffonniers »
o « Le Vin de l'assassin »
o « Le Vin du solitaire »
o « Le Vin des amants »
• le poème en prose (« Enivrez-vous » dans Le Spleen de Paris)
• l'essai narratif, avec la section « Le Vin » dans « Du Vin et du haschich » des Paradis artificiels.
• le théâtre avec le scénario intitulé L'Ivrogne.
Il est frappantégalement de voir à quel point Baudelaire (qui, il est vrai, est coutumier du fait) est revenu sur ces textes. Les deux premiers poèmes ont été mis en prose dans « Du Vin et du haschich », le scénario est un développement du troisième.
Sur un thème comme celui-ci il est facile de se fourvoyer. Aussi pour comprendre ce que signifie le vin pour Baudelaire, il est tout d'abord important de comprendrece qu'il n'est pas.
1. Ce que ne sont pas les textes de Baudelaire à propos du vin...
1.1 ...la poésie d'un alcoolique
Comme Baudelaire, qui a longuement parlé du haschich, en a en fait peu consommé, au cours d'expériences très prudentes et surveillées, il ne fut pas alcoolique, et sans doute même très rarement ivre. Son ami Le Vavasseur écrit : « Il était naturellement sobre. Nousavons souvent bu ensemble. Je ne l'ai jamais vu gris, ni lui moi. » Et le photographe Nadar, qui fut son intime de 1843 jusqu'à sa mort : « Jamais, de tout le temps que je l'ai connu, je ne l'ai vu vider une demi-bouteille de vin pur. » Le vin est pour Baudelaire un thème littéraire, et non un élément de sa vie.
1.2 ...un avertissement contre les dangers de l'alcool
Seul « Le Vin del'assassin » pourrait entrer dans cette catégorie. Mais ce n'est probablement pas vrai non plus. L'assassin n'est pas condamné sur le plan moral comme ivrogne : c'est plutôt le fait de tuer la femme qu'il aime qui fait de lui un personnage intéressant pour Baudelaire.
De la même manière, si l'on compare les textes de Baudelaire avec le tableau de Degas, « L'Absinthe », on est immédiatement amenésà trois remarques :
• La femme boit de l'absinthe, comme l'indique le titre du tableau ; c'était une boisson très dangereuse, qui a rendu fous ou - fait moins connu - aveugles beaucoup de ses consommateurs. Elle est aujourd'hui interdite sous la forme qu'elle avait à l'époque. Or chez Baudelaire, il n'est question que de vin, et d'aucune autre boisson alcoolique. Même quand il évoque plusieursmanières de s'enivrer, le seul breuvage qui vient sous sa plume est le vin : « [E]nivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. » Ce n'est pas de l'alcool que parle Baudelaire, c'est du vin.
• Elle est seule ; même si un homme est assis à la même table qu'elle, il se détourne et ils n'ont manifestement pas un regard ni une pensée l'un pour l'autre. Aucontraire chez Baudelaire le vin est essentiellement social. Dès qu'il est ivre, le chiffonnier se voit à la tête d'une armée, roi d'un pays dont les sujets l'aiment. Dans « Du Vin et du haschich », le guitariste fait une superbe musique avec celle de son ami, et un autre entraîne son compagnon au cabaret en, le traînant par dessous les aisselles. Les buveurs baudelairiens ne sont jamais seuls. «Le vin rend bon et sociable. », est-il écrit dans le même texte.
• La femme du tableau de Degas est passive, abrutie, a l'air hébété. Les buveurs de Baudelaire sont gais, actifs, voire heureux le temps de leur ivresse. Le guitariste n'est jamais meilleur musicien que quand il est ivre, le chiffonnier devient un conquérant, les amants partent à la conquête de leurs rêves. « [L]e vin est...
tracking img