Le poisson-scorpion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1826 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Titre :
La dépossession de soi à travers le voyage, dans « Le poisson-scorpion »

Période : 20ème siècle

Genre :
Roman, littérature du voyage

Bibliographie
a) Œuvres étudiées
Le poisson-scorpion, Nicolas Bouvier, Follio, Gallimard, 1996

Présentation du fait littéraire
Eléments de contextualisation (histoire littéraire) :
Dès son enfance, Nicolas Bouvier rêve de voyager. Ilaime la géographie et passe beaucoup de son temps libre à consulter des atlas. A 17 ans il part pour son premier voyage en Laponie. Il écrit un reportage qui sera publié dans la Tribune de Genève.
Par la suite, il écrit d’autres reportages et effectue plusieurs voyages. Il se rend en Yougoslavie, la Turquie, l'Iran et le Pakistan et il continue sa route en direction de l’Inde afin de rejoindre laChine, mais pour des raisons politiques il ne peut suivre le chemin qu’il avait prévu et se rend à Ceylan. Il y restera 7 mois. Il effectuera plusieurs autres voyages tout au long de sa vie.
Ses livres relatent ses voyages. L’un des plus connu est L’Usage du monde, récit du voyage en Yougoslavie, la Turquie, Iran etc. Il écrit aussi Poisson-Scorpion, mais seulement 25 ans après son voyage.Chronique Japonaise correspond à la suite du récit de ces voyages.
Problématique et objectifs :
Le Poisson-Scorpion est le récit du voyage de Nicolas Bouvier à Ceylan. Il correspond à une période difficile de sa vie durant laquelle il est malade et s’enferme dans la solitude. C’est le récit d’un voyage intérieur.

Quelques éléments de développement :
Les découvertes
En voyageant, Nicolas Bouviera découvert différentes personnes, différentes façons de vivre, différentes cultures… Une des premières raisons du voyage pour lui est cette recherche de découvertes, d’expériences.
Le voyageur y est pleinement confronté, tout son corps y participe. Nicolas Bouvier le fait d’ailleurs très bien ressentir dans ses textes en décrivant les odeurs, les couleurs, les bruits (citation 7 : il écouteles insectes, il dit même : « je commence à voir des antennes ») les climats, etc., mais aussi la fatigue physique. Celle-ci est très présente dans Le poisson-scorpion, Nicolas Bouvier est victime de diarrhée, de fièvre, de maladies qui le font même délirer.

La solitude
En plus de ses problèmes de santé, Nicolas Bouvier s’enferme dans la solitude. Les amis qu’il vient rejoindre à Ceylan partentpeu de temps après son arrivée. Les personnes parlant français ont refusé sa proposition de travail. Et puis il ne peut réellement nouer de lien avec ses voisins (ils restent dans leur maison, à l’abri de la chaleur, citation 8). De plus, sa fiancée le quitte en lui envoyant l’invitation à son mariage et le mot « désolée ».

De plus il est condamné à passer la plupart de son temps dans sachambre (climat et maladie). Sa seule compagnie est celle des insectes. Il en « adopte » même un. Il aime les observer, quelque chose en eux le fascine. Il les décrit plusieurs fois au cours du récit (citation 6), il les compare parfois aux humains.
Les insectes entrent et ressortent de sa chambre par plusieurs endroits (citation 7). Ils sont en quelque sorte le seul lien que Nicolas Bouvier a avecl’extérieur.

Le désapprentissage
C’est à grâce aux nombreuses découvertes que permet le voyage que Nicolas Bouvier peu prendre conscience de l’inutilité de certaines valeurs qui lui ont été inculquées. (citation 3 : par la métaphore, Nicolas montre que le voyage permet aussi de laisser les choses inutiles ou mauvaises derrière soi) (citation 4)

En plus du manque de relations avec sesvoisins, il est confronté peu à peu à la « disparition » de son lieu d’origine, de son milieu social.
Il n’a par exemple plus de contacte avec les ambassades et Alliances françaises. Et il ne peut même pas compter sur le soutient de sa mère car elle ne croit pas aux récits qu’il lui fait de son séjour (citation 9). Et comme déjà dit, sa fiancée le quitte.

Contrairement à ce que d’autres...
tracking img