Le polyhandicap au fils des saison

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1188 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Annie Saby, assistante de service social, entrouvre la porte de son combat de mère dans ce témoignage fort, écrit dans un style poétique. On y perçoit, entre les lignes, de quelle énergie, de quelle patience, de quelle rage, de quelle intransigeance cette femme doit se doter pour affronter le polyhandicap de son enfant.
Claire part en colonie de vacances. Sa mère lui prépare son trousseau :trois tee-shirts, deux pulls, trois pantalons, mais aussi un fauteuil roulant, un déambulateur, une barrière de lit, un siège-W-C... Claire est polyhandicapée
"Le handicap est comme un grand feu : il attire le regard, il fascine, il peut vous attraper là, au coin de la rue, vous happer dans ses flammes, vous défigurer, vous anéantir" , écrit l'auteur. Pour la première fois, donc, cette maman envoieson adolescente deux semaines en séjour spécialisé. "Aurai-je assez de quinze jours pour me remettre de cet état de tension ?", se demandet-elle. Jusque-là, des bêtises, elle a pu en entendre : des paroles froidement scientifiques, des indélicatesses, des stupidités, desméchancetés. "C'est bientôt les vacances, vous allez pouvoir vous reposer !" Je hais les personnes qui osent me faire ce genre deréflexion. Mais que savent-elles de nos vacances ? Plage, cocotiers, farniente, insouciance... Non, non, non, le nursing ne connaît pas de vacances."
Etre maman d'une enfant souffrant à la fois de déficiences motrices et mentales a beau être un voyage ardu, épuisant, souvent brutal, toujours douloureux, Annie Saby se console : "La situation pourrait être pire ; je pourrais vivre seule dans unebanlieue triste, avec une enfant hurlante et murée dans son monde, le tout agrémenté par des soucis financiers. Ma grande fille est adorable, communicative, calme et rieuse, joueuse et câline... et polyhandicapée."

I – Introduction
J'ai choisi comme livre Le polyhandicap au fils des saisons de Annie Saby car il parlait principalement du quotidien d'une famille dont la fille était porteuse depolyhandicap. Cela me semblait intéressant puisque je ne vois le milieu du polyhandicap que d'un point de vue d'un encadrant et non d'un proche... Cela m'a ouvert les yeux sur le quotidien de ces gens. Un quotidien autant épuisant physiquement que moralement. Lorsque pendant ma première semaine de stage j'ai appris qu'une des résidentes ne voyait plus du tout sa famille car ils avaient «démissionnés » , je n'avais pas compris et un sentiment de colère m'avait envahi, mais après avoir lu cette ouvrage, ma vision à complètement changé.
II- Présentation de l'auteur
Annie Saby a écrit son premier ouvrage Le polyhandicap au fil des saisons en avril 2009. Sa fille est devenue polyhandicapée à l'âge de 7 mois. L'auteur exerce la profession d'assistante de service sociale.

III- Présentation del'ouvrage.
L'ouvrage en question fait 88 pages. Il est divisé en 16 chapitre, qui chacun représente un mois de la vie de cette famille de septembre 2006 à octobre 2008.
_Préface
_Des étoiles plein les yeux
_Pour Camille
_Noël
_Petites Perles
_Paradoxe ou hypocrisie?
_Épuisement
_Rechute
_Quelques années plus tard... Ou rêve éveillé
_Jardin Nordest
_La traversée du désert
_Et ces mots,tels des baumes
_Libertés
_« Tika »
_Les couleurs de la vie
_Epilogue

L'auteur raconte en fait sa vie depuis la naissance de sa fille polyhandicapée. Elle témoigne de son combat de tous les jours, mais aussi de celui de ses proches. Elle démontre aussi le réseau d'entre-aide qui s'organise entre les parents d'enfants porteurs de handicaps lourds. Elle fait partager son quotidien, sesangoisses et ses joies. C'est à partir de là qu'on peut se rendre compte de la difficulté que rencontre ces personnes, du soutien mais aussi de l'ignorance à laquelle elles se heurtent

IV- Choix d'un chapitre et résumé de ce chapitre
j'ai choisi de présenté le chapitre Paradoxe ou hypocrisie car selon moi il reflete bien la société d'aujourd'hui. En effet, on ne se rend pas compte du quotidien...
tracking img